Danse , La Scène, Spectacles Danse

L’Œdipe noir de Wim Wandekeybus

Plus de détails

Théâtre de la Ville. 28/I/13. Wim Wandekeybus : Oedipus/bêt noir. Mise en scène, chorégraphie, scénographie : Wim Wandekeybus. Texte : Jan Decorte. Assistante artistique et dramaturge : Greet Van Poeck. Assistant mouvement : Iñaki Aspillaga. Création lumières : Francis Gahide, Wim Wandekeybus. Création son : Benjamin Dandoy, Antoine Delagoutte. Régie plateau : Davys Deschepper. Stylisme : Isabelle Lhoas, assistée par Frédérick Denis. Créé avec et interprété Wim Wandekeybus, Ricardo Ambrozio, Elko Blijweert, Guy Dermul, Elena Fokina, Tanja Marín Friõjónsdóttir, Luke Jessop, Zebastián Méndez Marín, Máté Mészáeos, Bénédicte Mottart, Aymara Parola, Jeroen Stevens, Dymitry Szypura, Willy Thomas, Roland Van Campenhout, Carly Wijs. Musiciens (live) : Elko Blijweert, Jeroen Stevens, Roland Van Campenhout.

Wim Wandekeybus excelle à installer une atmosphère.

Dominée par la figure vaincue du sphinx, la scène est bruyante et la danse éruptive. Retraçant le mythe dans les mots écrits par le dramaturge , Wim Wandekeybus n’hésite pas à se mettre lui-même en scène sous les traits du roi tyran. Ce n’est qu’une fois l’intrigue posée – en flamand – que l’énergie rock du spectacle peut se lâcher. Wim Wandekeybus, en jupe comme les autres danseurs, mène lui-même la bacchanale. Brute, primitive, inventive, elle est jubilatoire.

Alternativement dansées et jouées, les touchantes scènes d’une famille vouée à la malédiction s’enchaînent sous les riffs de guitare et les percussions live. La mise en scène de ce drame aux accents shakespeariens est féroce et implacable, d’une redoutable efficacité. Les parties dansées, époustouflantes de virtuosité et de densité, font parfois office de soupapes de sécurité, relâchant la pression suscitée par les découvertes successives d’Œdipe sur sa véritable identité.

Mère incestueuse, père parricide, enfants bâtards, la tragédie se met en marche quand les soupçons d’Œdipe se font plus nets. L’atmosphère du spectacle s’obscurcit à mesure qu’il accomplit son destin, jusqu’à son dénouement, dans les grondements du sphinx renaissant et les rires de Tirésias…

Crédit photographique : © Dany Willems

(Visited 336 times, 2 visits today)

Plus de détails

Théâtre de la Ville. 28/I/13. Wim Wandekeybus : Oedipus/bêt noir. Mise en scène, chorégraphie, scénographie : Wim Wandekeybus. Texte : Jan Decorte. Assistante artistique et dramaturge : Greet Van Poeck. Assistant mouvement : Iñaki Aspillaga. Création lumières : Francis Gahide, Wim Wandekeybus. Création son : Benjamin Dandoy, Antoine Delagoutte. Régie plateau : Davys Deschepper. Stylisme : Isabelle Lhoas, assistée par Frédérick Denis. Créé avec et interprété Wim Wandekeybus, Ricardo Ambrozio, Elko Blijweert, Guy Dermul, Elena Fokina, Tanja Marín Friõjónsdóttir, Luke Jessop, Zebastián Méndez Marín, Máté Mészáeos, Bénédicte Mottart, Aymara Parola, Jeroen Stevens, Dymitry Szypura, Willy Thomas, Roland Van Campenhout, Carly Wijs. Musiciens (live) : Elko Blijweert, Jeroen Stevens, Roland Van Campenhout.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.