Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Gaveau intime : Fanny Clamagirand, avec féminité

Plus de détails

Paris, Salle Gaveau, le 4-IV 2013. Johannes Brahms (1833-1897) : Scherzo en ut mineur ; Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour violon et piano n° 9, op. 47 « à Kreutzer » ; Gabriel Fauré (1845-1924) : Sonate pour violon et piano n° 1, op. 25 ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Introduction et Rondo Capriccioso. Fanny Clamagirand, violon, Etsuko Hirose, piano.

Dans le cadre de la série de concerts « Gaveau intime », ce récital dégageait toutes les qualités féminines des deux jeunes interprètes, qui ont joué en véritables complices. , le violon français montant, fait preuve de grâce, notamment dans Beethoven. A une ampleur qu’elle montre dans le premier mouvement s’ajoute une douceur et une légèreté dans l’« Andante con variazioni », dont elle entame le thème dans un tempo assez lent, mais jamais trainant. Elle met en valeur le caractère romantique de la ligne mélodique qui s’apparente à un large chant, à laquelle Etsuko Hirose répond avec la même sensibilité. Le troisième et dernier mouvement, où quelques imprécisions sur les notes pointées étaient audibles, est un véritable bouquet final, surtout vers la fin : la violoniste joue avec une formidable générosité, évoquant Mendelssohn. Cependant, nous aurions davantage apprécié qu’elles suspendent encore plus le temps avant la coda. Quoi qu’il en soit, elles proposent une autre interprétation de Beethoven, dépourvue de toute agressivité, autrement dit de cette masculinité belliqueuse que trop d’interprètes associent, même inconsciemment, aux œuvres du compositeur de Bonn.

Après l’entracte, dans la 1re Sonate de Fauré, les deux musiciennes insistent encore sur leur caractère féminin, en particulier dans le 2e mouvement qu’elles exécutent avec une sérénité enchanteresse. fait chanter les cordes dans le 4e mouvement, toujours d’une manière vaste, dans une sonorité chaude. Même si elle montre quelques faiblesses (problème de justesse) dans Saint-Saëns, les deux bis, un Caprice de Paganini et la Légende de Wieniawski sont merveilleusement interprétés, faisant la démonstration de son grand talent. Etsuko Hirose demeure assez discrète tout au long de la soirée, mais très efficace au service du violon, c’est donc un duo rare et agréable à écouter.

(Visited 289 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Salle Gaveau, le 4-IV 2013. Johannes Brahms (1833-1897) : Scherzo en ut mineur ; Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour violon et piano n° 9, op. 47 « à Kreutzer » ; Gabriel Fauré (1845-1924) : Sonate pour violon et piano n° 1, op. 25 ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Introduction et Rondo Capriccioso. Fanny Clamagirand, violon, Etsuko Hirose, piano.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.