À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Satie & Compagnie : Les chemins de la musique française

Plus de détails

Erik Satie (1866-1925) : Gnossienne n° 1 à 6, Le Piccadilly, Gymnopédie n° 1 à 3, Valse du mystérieux baiser dans l’œil (extrait de La Belle Excentrique), Cancan grand-mondain (idem), Embryons desséchés I. D’Holothurie, Trois morceaux en forme de poire I et II ; Déodat de Sévrac (1872-1921) : Où l’on entend une vieille boite à musique (extrait d’En Vacances) ; Francis Poulenc (1899-1963) : Pastourelle (extrait de L’Eventail de Jeanne) ; Claude Debussy (1862-1918) : Rêverie, Le petit nègre, Clair de lune (extrait de la Suite bergamasque) ; Maurice Ravel (1875-1937) : Fanfare, A la manière de Chabrier ; Pierre-Octave Ferroud (1900-1936) : Nonchalante (extrait d’Au parc Monceau) ; Reynaldo Hahn (1874-1947) : Le banc songeur (extrait du Rossignol Eperdu), Frontispice, Hivernale ; Gabriel Dupont (1878-1914) : Après-midi de dimanche (extrait des Heures dolentes) ; Charles Kœchlin (1867-1950) : Le Chant des Pêcheurs (extraits de Paysages et Marines) ; Florent Schmitt (1870-1958) : Glas (extrait de Musiques intimes, 2e recueil). Anne Queffélec, Gaspard Dehaene (pour les œuvres à quatre mains), pianos.
1 CD Mirare. Réf : MIR 189 ; Enregistré en juin 2012 au Théâtre & Auditorium de Poitiers. Code-barre : 3 760127 221890. Livret en français, anglais et allemand. Durée totale : 80’.

 

C’est un voyage à travers la musique française du tournant du siècle, avec de petites pièces caractéristiques, à l’opposé d’une certaine lourdeur symphonique d’outre-Rhin. Et c’est certainement la forme de musique la plus représentative de la France de la Belle Epoque. propose une nébuleuse Satie autour duquel gravitent une multitude de musiciens connus et inconnus – ou plutôt, mal connus de nous. Ainsi, les Gnossiennes et quelques Gymnopédies constituent un formidable lien entre les œuvres de genre cabaret et music-hall que Satie lui-même composait par nécessité (Le Piccadilly, Cancan grand-mondain) et des pièces de genre salon écrites par d’autres musiciens (Rêverie de Debussy, Le banc songeur de Hahn, A la manière de Chabrier de Ravel…) mais aussi des morceaux plus intériorisés, voire sombres (Frontispice et Hivernal de Hahn, Glas de ).

La présence de compositeurs trop rarement joués de nos jours permet de mieux appréhender l’ensemble de cette nébuleuse. Pierre-Octave Ferroud, élève de , critique musical à Paris-Soir ; , second prix de Rome en 1901 derrière et devant , qui a étudié entre autres avec et Charles-Marie Widor. Et aussi des musiciens comme Florent Schmitt et Charles Koechlin, cofondateurs avec Ravel de la Société musicale indépendante en 1909.

Sous les doigts assurés d’, ces pièces courtes – allant d’une minute à peine à 6 minutes et demie pour la plus longue – retrouvent une vie tour à tour mystérieuse, coquette, vivace, introspective ou encore angoissante et ce, grâce à une excellente prise de son qui transmet fidèlement les conceptions musicales de la pianiste : dynamique, agogique, pause, nuances et autres détails. Un coup de cœur !

Plus de détails

Erik Satie (1866-1925) : Gnossienne n° 1 à 6, Le Piccadilly, Gymnopédie n° 1 à 3, Valse du mystérieux baiser dans l’œil (extrait de La Belle Excentrique), Cancan grand-mondain (idem), Embryons desséchés I. D’Holothurie, Trois morceaux en forme de poire I et II ; Déodat de Sévrac (1872-1921) : Où l’on entend une vieille boite à musique (extrait d’En Vacances) ; Francis Poulenc (1899-1963) : Pastourelle (extrait de L’Eventail de Jeanne) ; Claude Debussy (1862-1918) : Rêverie, Le petit nègre, Clair de lune (extrait de la Suite bergamasque) ; Maurice Ravel (1875-1937) : Fanfare, A la manière de Chabrier ; Pierre-Octave Ferroud (1900-1936) : Nonchalante (extrait d’Au parc Monceau) ; Reynaldo Hahn (1874-1947) : Le banc songeur (extrait du Rossignol Eperdu), Frontispice, Hivernale ; Gabriel Dupont (1878-1914) : Après-midi de dimanche (extrait des Heures dolentes) ; Charles Kœchlin (1867-1950) : Le Chant des Pêcheurs (extraits de Paysages et Marines) ; Florent Schmitt (1870-1958) : Glas (extrait de Musiques intimes, 2e recueil). Anne Queffélec, Gaspard Dehaene (pour les œuvres à quatre mains), pianos.
1 CD Mirare. Réf : MIR 189 ; Enregistré en juin 2012 au Théâtre & Auditorium de Poitiers. Code-barre : 3 760127 221890. Livret en français, anglais et allemand. Durée totale : 80’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.