À emporter, Audio, Musique symphonique

Erik Norby, un aspect de la modernité danoise

Plus de détails

Erik Norby (1936-2007) : Regnbueslangen (The Rainbow Snake), poème symphonique d’après une légende indienne. Rilke-Lieder, pour mezzo-soprano et orchestre. Edvard Munch Trilogy. (A Requiem) transformation symphonique pour orchestre et chœur mixte d’après trois épreuves d’Edvard Munch. Hanne Fischer, Coro Misto, Chœur de l’Université d’Aarhus, Aalborg Symphony Orchestra, dir. Bo Holten. 1 CD Dacapo. Réf. 8.226096, code barre : 6 36943 60962 0. Enregistrement réalisé à Aalborg, 14-17 mai 2011. Notice bilingue : anglais, danois. Durée : 61’10

 

On pouvait croire que l’on avait tout dit dans la présentation de la musique danoise du 20e siècle. Fort heureusement bien des catalogues peuvent surgir et venir flatter, ou non, nos ouïes. Certes, , disparu il y a cinq ans seulement, est loin d’être totalement inconnu mais sa musique reste largement peu exploitée et enregistrée. Cet élève de Leif Kayser et du célèbre Per Nørgård, devenu pédagogue à son tour, a édifié avec adresse et vigueur une œuvre riche, stimulante voire parfois tonitruante. Le cloisonner dans un style étroitement défini serait réduire son travail à bien peu de choses, lui qui à sa manière mixa et distilla des sources diverses, parfois apparemment inconciliables ou incompatibles entre elles, comme le romantisme tardif et les diverses productions modernistes de l’Ecole de Darmstadt.

et les interprètes de haut vol enrôlés pour cet enregistrement méritent des éloges appuyés pour la qualité de leur jeu et l’intensité de leur engagement. Grâce à eux se dressent fièrement face à l’auditeur trois partitions majeures hautement représentatives de l’art orchestral et vocal inventif d’. En premier lieu le poème symphonique Regnbueslangen (Le Serpent irisé) élaboré en 1975 et porteur d’un bouillonnement d’idées, de rythmes et de cellules mélodiques rarement rencontrés et auxquels on adhère directement. Ces qualités indéniables dans le maniement orchestral sont enrichies des apports d’une voix de mezzo-soprano en défense des Lieder de Rilke (1985) et d’un chœur mixte dans ce triptyque inspiré par des lithographies d’Edvard Munch, créé à la Radio danoise en 1979. Beaucoup d’éclats généreux, de beautés ardentes, d’aise dans ces dispositifs complexes.

(Visited 80 times, 1 visits today)

Plus de détails

Erik Norby (1936-2007) : Regnbueslangen (The Rainbow Snake), poème symphonique d’après une légende indienne. Rilke-Lieder, pour mezzo-soprano et orchestre. Edvard Munch Trilogy. (A Requiem) transformation symphonique pour orchestre et chœur mixte d’après trois épreuves d’Edvard Munch. Hanne Fischer, Coro Misto, Chœur de l’Université d’Aarhus, Aalborg Symphony Orchestra, dir. Bo Holten. 1 CD Dacapo. Réf. 8.226096, code barre : 6 36943 60962 0. Enregistrement réalisé à Aalborg, 14-17 mai 2011. Notice bilingue : anglais, danois. Durée : 61’10

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.