Banniere-ClefsResmu-ok

Julia Fischer, violoniste

Artistes, Entretiens, Instrumentistes

Quelques semaines avant le concert phénoménal que Julia Fisher et Vasily Petrenko ont donné Salle Pleyel le 14 juin 2013, Julia Fischer était de passage à Paris. ResMusica a eu l’occasion de discuter avec elle de son nouvel album avec David Zinman, mais aussi d’autres sujets tels que sa première expérience de travail avec Salonen, savoir si Beethoven était encore célèbre en Allemagne, sa carrière en tant que pianiste et… le sexisme dans la musique classique.

Notre dossier : Cordes et archet

 

« Faire de la musique ensemble, c’est une question de confiance: vous vous ouvrez d’une manière que vous ne feriez pas dans une relation normale »

ResMusica: Vous interprétez avec David Zinman (interview) et Esa-Pekka Salonen (interview), deux chefs qui réfléchissent sérieusement à la manière d’apporter la musique classique aux nouvelles générations. Partagez-vous leur intérêt?
: J’aime enseigner. Avec deux enfants à la maison c’est même une responsabilité. Chaque année, la semaine du Nouvel An, j’anime une master class pour les enfants, Musikferien am Starnberger See. Cette classe de maître a été lancée par ma mère, et maintenant j’y enseigne. Nous avons des leçons tous les jours pour les enfants et les jeunes, qui ont de 2-3 ans jusqu’à l’âge d’étudiants. Nous mélangeons les gens de tous âges, le but est de vivre en musique, pour montrer que la musique fait partie de la vie, même si vous n’êtes pas des professionnels. Nous manquons de gens qui jouent de la musique, mais qui ne le font pas pour faire carrière.

RM: Même en Allemagne, vous n’avez pas assez de bons amateurs?
JF: L’Allemagne est dans une meilleure situation, mais celle-ci n’est pas aussi bonne que dans le passé. Il y a moins de temps à l’école pour la musique, les arts, les sports, la littérature, car les gens se concentrent sur des choses qui peuvent faire de l’argent.

RM: Et comment réagissent les institutions musicales traditionnelles à votre l’approche différente?
JF: Nous n’avons pas de discussions avec les institutions musicales…

RM: Une autre initiative à laquelle vous prenez part est la « Rhapsody in School». Quel en est le principe?
JF: Il s’agit d’une intervention d’une heure en salle de classe, et mon objectif est simple. À la fin du cours, je veux que les enfants sachent qui est Beethoven, Brahms, Bach.

RM: Les enfants allemands ne savent pas qui est Beethoven?
JF: Les gens en Allemagne ont perdu leur fierté dans leur pays, en raison de l’histoire. Ils s’y connaissent bien sûr en le football et quelles sont les équipes allemandes!

RM: Et de quoi discutez-vous avec Salonen et Zinman?
JF: J’ai travaillé avec David Zinman depuis 2003, donc avec lui que j’ai eu le temps de discuter le business de la musique. J’ai rencontré Salonen cette année pour la première fois, et ce n’était pas facile de trouver le temps de discuter: en une semaine, nous avons eu 3 concerts ensemble. Nous étions tellement occupés, il a commencé à parler seulement après quelques jours.

RM: Comment était l’expérience avec Salonen?
JF: C’était la première fois que j’ai joué son Concerto pour violon. Jouer le travail d’un compositeur est quelque chose de très intime. Vous commencez sur un terrain émotionnel. Faire de la musique ensemble, c’est une question de confiance: vous vous ouvrez d’une manière que vous ne feriez pas dans une relation normale. J’ai eu le score il y a environ une demi-année, mais nous avons rencontré quelques heures seulement avant la répétition d’orchestre. J’ai eu quelques idées sur la façon de procéder, j’ai eu quelques sentiments sur la façon d’utiliser l’instrument, il était très ouvert, modeste. Il respecte les gens, c’est quelque chose d’extraordinaire.

RM: Vous avez enregistré avec David Zinman et l’Orchestre de la Tonhalle les concertos de Dvořák et de Bruch. Comment avez-vous choisi ces œuvres?
JF: Ma mère est tchèque, et je voulais enregistrer le concerto de Dvořák depuis longtemps. Je voulais ajouter le concerto de Martinů [Note: également un compositeur tchèque], mais l’idée n’a pas été soutenue. Le concerto de Bruch a la même structure, un premier mouvement avec une cadence, un deuxième mouvement important.

RM: Quelle était votre raison de quitter Pentatone pour Decca, autre que le prestige?
JF: L’enregistrement avec un orchestre comme le Tonhalle nécessite une étiquette qui peuvent se le permettre. La raison en est que.

RM: Vous avez fondé le Quatuor . Ne trouvez-vous pas une contradiction entre le rôle égal nécessaire entre musiciens de musique de chambre et le fait que vous avez donné votre propre nom à votre quatuor?
JF: L’idée de ce nom ne vient pas de moi, mais des autres musiciens. Ils sont très modestes. C’est vraiment stupide, je sais, c’est commercial, mais c’est une façon d’attirer les gens, alors on l’a fait.

RM: Il semble que vous jouez seulement avec des musiciens masculins … [elle rit, surprise]. Souffrez-vous de sexisme?
JF: Oui, mais je ne prends pas ça au sérieux. Et le sexisme va dans les deux sens, il a des avantages et des inconvénients. Pour un musicien, être une femme est quelque chose qui joue en votre faveur. Pas toujours: les gens me félicitent parce que je prends soin de mes enfants et que j’ai une carrière en même temps. Mon mari fait la même chose, il prend soin des enfants, mais il n’a pas ces remarques! J’ai aussi connu le sexisme dans son sens négatif, même si la situation est meilleure que ce qui est dit dans la presse. Dans mon cas, je pense que j’ai réussi à trouver une solution dans les situations que j’ai rencontrées.

RM: En 2008, vous avez joué et enregistré le Concerto pour violon n°3 de Saint-Saëns et le Concerto de Grieg, ce qui était une performance. Depuis, avez-vous poursuivi votre carrière de pianiste ?
JF: C’était quelque chose que je voulais faire une seule fois, c’est juste trop de travail!

Photo : © Decca / Felix Broede

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.