Le Turc en Italie à Nantes : un pur moment de plaisir

La Scène, Opéra, Opéras

Nantes. Théâtre Graslin. 15-XII-2013. Gioachino Rossini (1792-1868) : Le Turc en Italie, dramma buffo per musica en 2 actes sur un livret de Felice Romani. Mise en scène : Lee Blakeley. Décors & costumes : Adrian Linford. Lumières : Emma Chapman. Avec : Nahuel Di Pierro, Selim ; Rebecca Nelsen, Fiorilla ; Franck Leguerinel, Geronio ; David Portillo, Narciso ; Nigel Smith, Prodoscimo ; Guiseppina Bridelli, Zaida ; Manuel Nunez Camelino, Albazar. Chœur d’Angers Nantes Opéra (direction : Xavier Ribes), Orchestre National des Pays de la Loire, direction : Giuseppe Grazioli.

Turc-35320En cette période de fête, Angers Nantes Opéra a choisi de confier une nouvelle production de ce bijou rossinien à l’homme de théâtre anglais Lee Blakeley qui a fait le bonheur du public du Châtelet avec ses mises en scène de comédies musicales.

Au regard de la chaleur et de la durée des saluts, on peut affirmer que le public nantais a éprouvé le même plaisir à la vision de ce spectacle. Lee Blakeley et Adrian Linford, qui signe des décors et costumes aussi spirituels qu’esthétiques, nous entraînent à la gare de Naples, dont le buffet tiendra lieu d’auberge comme de domicile d’un Geronio qui ne pouvait être que le chef de gare… Prodoscimo est un cinéaste à la recherche du scénario idéal, Zaida et Albazar des resquilleurs. La mise en scène est foisonnante mais toujours lisible et émaillée de nombreuses et joyeuses trouvailles. Le spectacle est fort drôle mais ce qui impressionne le plus c’est la précision de la mise en place qui révèle un travail extrêmement minutieux, chaque effet tombant dans le juste tempo. Le final du premier acte, parfaitement réglé, constitue à cet égard un sommet de virtuosité. Les chanteurs, parfaitement dirigés, se prêtent avec plaisir à cet irrésistible ballet.

Pas de Rossini en Pays de Loire sans à la baguette : grand spécialiste de ce répertoire, le chef dirige avec une telle évidence que l’on finirait par l’oublier. Dès l’ouverture, vive et spirituelle, nous comprenons que la partie est gagnée et nous restons admiratifs devant l’impeccable précision rythmique de cette lecture. Comme à leur habitude, les chœurs préparés par et l’orchestre apportent un écot irréprochable à la réussite de cette matinée qui doit également beaucoup à l’homogénéité et à l’implication d’un casting vocal particulièrement réussi.

Pour ses débuts en France, affiche une technique vocale irréprochable et une musicalité qui transcendent un timbre plus ordinaire. Parfaite de virtuosité, elle campe une irrésistible peste qui saura toutefois nous émouvoir à l’heure du dénouement. Nous suivrons avec attention ses prochains engagements. La piquante Guiseppina Bridelli est une rivale qui ne manque ni d’aplomb ni de séduction. Le rôle d’Albazar est peu gratifiant, à l’exception de son air du deuxième acte qui permet à Manuel Nunez Camelino de se mettre en valeur.

David Portillo est un ténor rossinien de bonne école, qui surmonte sans effort les exigences du rôle de Narciso. est impressionnant de facilité vocale et scénique en poête tandis que Franck Leguerinel, habitué de la scène nantaise, se régale dans l’un des rôles de compositions qu’il affectionne. Enfin, impressionne en Selim par la qualité du matériau vocal, très homogène et remarquablement assuré dans le bas de la tessiture. On peut prédire un brillant avenir à cet artiste qui n’a pas encore fêté ses trentes ans. Tous les ingrédients sont donc réunis pour un spectacle réussi et heureux, avec en prime cet esprit de troupe cher à Jean-Paul Davois.

Crédit photographique : (Selim) & (Fiorillo) © Jef Rabillon pour Angers Nantes Opéra

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.