Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

L’Ensemble Pygmalion enchante dans Bach

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel. 17-XII-2013. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Messe en si mineur BWV 232. Eugénie Warnier, soprano ; Anna Stephany, mezzo-soprano ; Damien Guillon, alto ; Daniel Behle, ténor ; Konstantin Wolff, baryton-basse ; Ensemble Pygmalion, direction : Raphaël Pichon.

raphael_pichonAprès l’avoir présentée à l’Auditorium de Bordeaux puis à la Halle aux Grains à Toulouse, c’est également dans une grande salle de concert et non une église que et ses musiciens de Pygmalion donnaient à Paris la Messe en si de Bach, une première les concernant dans cette œuvre. Famillier de ce répertoire qu’il a notamment enregistré pour Alpha (Messes brèves et version de 1733 de la Messe en si), impressionne à nouveau par sa maîtrise du language du Cantor de Leipzig, à la tête d’une formation chorale d’une trentaine de chanteurs et d’un orchestre à l’effectif similaire. Grâce à une direction animée qui ne tombe jamais dans la vitesse ou la précipitation, un sens certain de la musicalité, il offre au public parisien une interprétation de toute beauté de ce chef-d’œuvre de Bach. Avec sa gestique ample et souple, le jeune chef obtient de ses musiciens une homogénéité remarquable, une belle lisibilité du contrepoint, et de subtile nuances entre moments brilliants, virtuoses, festifs et passages éthérés de toute beauté. Donné d’une traite, sans entracte, cette Messe en si confirmait les bonnes impressions qu’on peut avoir de cette fromation qui s’est créée depuis quelques années une place de choix au sein des ensembles français de musique baroque, qui plus est dans des projets particulièrement ambitieux. La fraicheur des voix, les belles interventions de solistes au sein de l’orchestre (notamment Jean Bregnac à la flûte), la qualité de la mise en place, l’enthousiasme du chef, participent à la satisfaction ressentie à l’écoute de ce concert, tout juste tempérée par des solistes vocaux corrects mais pas exceptionnels, au sein desquels se détache néanmoins à notre goût , en particulier dans l’aria « Benedictus qui venit », tout en sensibilité.

Crédit photographique : Raphaël Pichon © Manuel Braun pour Télérama

 

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel. 17-XII-2013. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Messe en si mineur BWV 232. Eugénie Warnier, soprano ; Anna Stephany, mezzo-soprano ; Damien Guillon, alto ; Daniel Behle, ténor ; Konstantin Wolff, baryton-basse ; Ensemble Pygmalion, direction : Raphaël Pichon.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.