À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Eisler par Matthias Goerne, regard poétique sur le passé

Plus de détails

Hanns Eisler (1898-1962) : Sonate pour piano op. 1 ; Ernste Gesänge, pour ensemble instrumental et baryton ; Lieder avec piano sur des poèmes de Bertold Brecht ; Lied von der belebenden Wirkung des Geldes ; Ballade vom Wasserrad ; Solidaritätslied. Matthias Goerne, baryton ; Thomas Larcher, ténor ; Ensemble Resonanz. 1 CD Harmonia Mundi. Réf. : HMC 902134, code barre : 3 149020 213421. Enregistré à Hambourg, Friedrich-Ebert-Halle, en septembre 2012 et février-mars 2013. Notice et poèmes : français, anglais, allemand. Durée : 54’05

 

hm eisler  goerne aura vécu un parcours marqué par un certain nombre d’étapes bien labellées, dictées par l’époque houleuse et mouvementée qu’il parcourut. Après avoir bénéficié de l’enseignement, ou plutôt des leçons d’Arnorld Schoenberg dans les années 1919-1923, après avoir fréquenté les cercles d’avant-garde (1925), il rencontra les théories de Karl Marx et devint un communiste engagé et militant. Plus tard, il enseigna à Berlin et, dans les années 1930, il travailla sur plusieurs textes de son ami Bertold Brecht. L’arrivée d’Hitler au pouvoir en janvier 1933 le conduisit finalement à l’exil (1938).

Aux Etats-Unis, il composa des chansons et de la musique pour le cinéma, pour Fritz Lang, entre autres. Le surgissement idéologique, à savoir la chasse aux communistes (maccarthysme) en 1948 le poussa à retraverser l’Atlantique et à s’installer en Allemagne de l’Est, où, reçu en héros, il poursuivit ses compositions pour le théâtre et le cinéma tout en ayant écrit l’hymne de la République démocratique allemande. Une vie engagée donc, particulièrement marquée par son époque tout comme la plupart de ses musiques qui paraissent globalement comme datées tant le monde a connu de métamorphoses depuis sa disparition survenue en 1962.  Malgré ces préventions, à l’écoute de cet enregistrement Harmonia Mundi, il ressort que les partitions d’Eisler s’abordent sans aucune difficulté. La participation du baryton , parfaitement dans le ton, précieux et précis, concourt à nous rendre les opus vocaux presque attachants, contribuant ainsi à réhabiliter ce créateur toujours prompt à proposer des mélodies agréables et aisément repérables. De même, son orchestration se montre aussi équilibrée que plaisante. Même sa Sonate opus 1 pour piano (1909), pas encore marquée par sa découverte  de l’atonalité sectaire, affiche une maîtrise et une fantaisie dont Schoenberg apprécia le travail sur le développement par le moyen de variations hérité de Brahms.

 

(Visited 98 times, 1 visits today)

Plus de détails

Hanns Eisler (1898-1962) : Sonate pour piano op. 1 ; Ernste Gesänge, pour ensemble instrumental et baryton ; Lieder avec piano sur des poèmes de Bertold Brecht ; Lied von der belebenden Wirkung des Geldes ; Ballade vom Wasserrad ; Solidaritätslied. Matthias Goerne, baryton ; Thomas Larcher, ténor ; Ensemble Resonanz. 1 CD Harmonia Mundi. Réf. : HMC 902134, code barre : 3 149020 213421. Enregistré à Hambourg, Friedrich-Ebert-Halle, en septembre 2012 et février-mars 2013. Notice et poèmes : français, anglais, allemand. Durée : 54’05

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.