Sacha Guitry en musique tome 1 : l’Amour masqué

À emporter, CD, Opéra

André Messager (1853-1929) : L’amour masqué. Sophie Marilley, Elle ; Jean Manifacier, Lui ; Maud Ryaud, première servante ; Laetitia Ithurbide, deuxième servante ; Ivan Thirion, le Maharadjah ; Olivier Dumait, l’interprète, Frédéric Bang-Rouhet, le baron. Chœur de l’Opéra Grand Avignon, chef de choeur Aurore Marchand, Orchestre Régional Avignon-Provence, direction Samuel Jean. 2 CD Livres Acte Sud. Code barre 9782330031848. Durée 1h35′.

 

amour masqué guitryActes Sud lance une nouvelle collection consacrée à l’œuvre de mise en musique, dont le premier opus est L’amour masqué, mis en musique par rien moins qu’.

Livre ou coffret CD ? Format littéraire ou musical ? La perplexité est grande au moment de faire rentrer cet article dans les cases formatées qui permettront sa mise en ligne. La présentation de l’objet est belle, petit bouquin qui renferme le texte intégral, mais contient assez peu d’informations complémentaires. La réalisation musicale est quant à elle tout aussi soignée.

Ainsi retrouve-t-on avec le même plaisir mâtiné d’agacement la verve et le talent de , toujours mêlé d’une spirituelle misogynie, mais misogynie quand même, moins féroce ici que dans d’autres de ses écrits. Imaginée pour son épouse Yvonne Printemps, l’intrigue est en elle-même surannée, mais dépeint un personnage de femme libre, si tant est que donner son corps pour de l’argent soit une forme de liberté.

Elle, vingt ans, partage ses faveurs entre un maharadjah et un baron, qui l’entretiennent. Elle tombe amoureuse d’un photo de Lui (rôle parlé) sans savoir que celle-ci date d’une vingtaine d’années. Venu reprendre son portrait, et pour la conquérir, Il se fait passer pour le père du jeune homme. A la faveur d’une soirée masquée, l’amour reprend ses droits, Elle et Lui tombent dans les bras l’un de l’autre, malgré la différence d’âge, tandis que l’un des protecteurs et l’interprète du second (car, c’est bien connu, les maharadjahs n’ont pas assez de sentiments pour avoir envie de se consoler) partent au bras des deux servantes délurées.

L’histoire est habile, bien écrite, mais c’est surtout la musique qui enchâsse les textes parlés qui retient toute l’attention. Légère, raffinée, savante sans être prétentieuse, elle donne l’envie paradoxale de mieux connaître la musique de Messager que les textes de Sacha Guitry ! N’oublions pas que celui qui fut directeur de l’Opéra Comique, outre le fait d’avoir créé Pelléas et Mélisande, était un wagnérien convaincu, qui avait fait le pèlerinage de Bayreuth. La partition est influencé par ces nouveaux courants musicaux, et les mélodies sont séduisantes, l’orchestration riche, même s’il ne s’agit « que » d’une comédie musicale. Une brillante parodie de Carmen dans l’un des numéros ajoute à notre bonheur.

Les chanteurs lyriques sont souvent mal à l’aise quand il s’agit d’interpréter des textes parlés, et le disque amplifie souvent tout ce que l’exercice peut avoir d’artificiel. Les artistes réunis pour ce CD s’en sortent honorablement. Sur le plan vocal, on retiendra la piquante Elle de Sophie Marilley et l’interprète déjanté d’.

, à la tête d’un Orchestre Régional Avignon-Provence idéal, délivre toute la saveur de ce petit bijou à ne manquer sous aucun prétexte.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.