Festivals, La Scène, Musique symphonique

Ouverture du Verbier Festival 2014

Plus de détails

Verbier. Salle des Combins. 18-VII-2014. Maurice Ravel (1875-1937) : Rapsodie espagnole ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Concerto pour piano et orchestre n°1 en si bémol majeur op. 23 ; Johannes Brahms (1833-1897) : Symphonie n°1 en ut mineur op. 68. Martha Argerich, piano ; Verbier Festival Orchestra, direction : Charles Dutoit.

18.07.14 - Charles Dutoit - (c) Nicolas BrodardCe vendredi voyait l’ouverture en fanfare de la 21e édition du avec, comme toujours, une multitude de projets éducatifs et pédagogiques, nouveaux ou en développement : Music camp sous la direction de Daniel Harding, Georg Solti Accademia pour les jeunes chanteurs ou Vendôme Music Prize pour les pianistes en devenir.

La soirée d’ouverture proposait une affiche de marque : la légendaire pianiste venait donner le Concerto n°1 de Tchaïkovski sous la baguette de . Il s’agissait d’un défi pour la musicienne qui n’avait pas interprété ce concerto, en public, depuis l’an 2000. Le public, venu en masse, était naturellement présent pour acclamer la star du clavier à la digitalité toujours saisissante dans les passages requérants force et virtuosité. Avec le temps, la pianiste marque plus les contrastes et les césures du discours, certains thèmes se faisant plus rêveurs ou nostalgiques. parvient à canaliser cette inspiration adaptant son orchestre à l’énergie et aux inflexions narratives de sa soliste. Après de nombreux rappels et l’incitation toute amicale et humoristique de , concéda un « bis » : une Scène d’enfant de Schumann.

L’Orchestre du Festival de Verbier, toujours aussi international avec ses musiciens issus des meilleures écoles du monde, est l’acteur central du festival, réalisant l’ascension des plus exigeantes montagnes symphoniques. En ouverture de ce concert, , son directeur musical,  proposait la Rapsodie espagnole de Ravel dont sa baguette précise et claire mettait en avant tous les pupitres et savait dompter l’enthousiasme de ses jeunes musiciens pour une lecture exemplaire de style (on nota le très beau travail sur la sonorité des cordes). En seconde partie, le chef, récent récipiendaire d’un International Classical Music Awards pour l’ensemble de sa carrière, se confrontait la Symphonie n°1 de Brahms, répertoire que l’on lui associe moins que Ravel ou Tchaïkovski. Pourtant, optant pour une lecture franche et vive, le chef suisse tira le  meilleur de ses musiciens. L’Orchestre du festival de Verbier apparaissait homogène et virtuose avec une qualité de la petite harmonie exceptionnelle.

Crédits phtographiques : N.Brodard/

ResMusica est partenaire du Verbier Festival

Plus de détails

Verbier. Salle des Combins. 18-VII-2014. Maurice Ravel (1875-1937) : Rapsodie espagnole ; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : Concerto pour piano et orchestre n°1 en si bémol majeur op. 23 ; Johannes Brahms (1833-1897) : Symphonie n°1 en ut mineur op. 68. Martha Argerich, piano ; Verbier Festival Orchestra, direction : Charles Dutoit.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.