Danse , La Scène, Spectacles Danse

Jirí Kylián mise sur le Ballet de Norvège

Plus de détails

Théâtre des Champs-Elysées. 22/IX/14. Ballet National de Norvège : Future Memories. Chorégraphies : Jiří Kylián. Bella Figura (1985) : musiques : Foss, Pergolesi, Marcello, Torelli, Vivaldi, décors : Jirí Kylián, costumes : Joke Visser, lumières : Kees Tjebbes, mise en scène : Elke Schepers. Gods and dogs (2008) : musiques : Dirk Haubrich, Ludwig van Beethoven, décors : Jirí Kylián, costumes : Joke Visser, lumières : Kees Tjebbes, vidéos : Dag Johann Huagerud, projections : Tatsuo Unemi, Daniel Bisig, mise en scène : Urtzi Aranburu. Symphonie des Psaumes (1978) : musique : Igor Stravinsky, décors : William Katz, costumes : Joop Stokvis, conception lumières : Jirí Kylián, mise en scène : Brigitte Martin. Avec les danseurs du Ballet National de Norvège.

Bella Figura à l’heure norvégienne inaugure la saison danse du Théâtre des Champs-Elysées.

Après avoir réalisé une grande partie de sa carrière au Nederlands Dans Theater, le chorégraphe tchèque  a désormais ses attaches auprès du , qui lui consacre toute une soirée de ballets au Théâtre des Champs-Elysées.

Inspiré par Pergolèse et Vivaldi, Jirí Kylián conjugue mystère et esthétique dans Bella Figura, une pièce en miroir d’une grande finesse. Il est dignement servi par le , d’un très haut niveau, qui semble épouser son style avec naturel. Comme l’avouent certains danseurs, le mouvement est lisse et soyeux comme du cachemire, il enveloppe les interprètes qui font preuve d’une grande plasticité. Mention spéciale à Maiko Nishino, première danseuse, merveilleusement sculpturale et sensuelle. Particulièrement réussi, le tableau final avec ces danseurs torses nus en jupes à paniers rouges, est graphique et émouvant.

Changement de décor avec Gods and dogs, une création récente de Jirí Kylián (2008) présenté pour la première fois en France. Ce ballet se divise en deux parties, l’une dominée par la figure inquiétante d’un chien en vidéo noir et blanc, l’autre devant un rideau ondulatoire et miroitant comme la surface d’un lac troublé par la brise. Ondulatoires, les danseurs le sont aussi, dans des duos sophistiqués et tendres. L’ensemble manque cependant d’aspérité, à l’exception du solo de Gakuro Matsui, premier danseur de la compagnie.

GODS AND DOGSPour finir ce programme néoclassique entièrement consacré au chorégraphe tchèque, un chef d’œuvre qui fait déjà partie du répertoire de nombreuses compagnies à travers le monde. Symphonie des psaumes est un ballet ample et profond, nourri d’une puissante intensité dramatique. Huit danseurs et huit danseuses, ne quittant jamais le plateau, se croisent et se répondent dans une prière corporelle inspirée. Le décor, signé William Katz, est composé d’un mur de tapis persans aux teintes rougeoyantes. Il amplifie les accents liturgiques de la musique de Stravinsky, que l’on aurait aimé entendre jouer dans la fosse.

Une très belle soirée qui inaugure en majesté la nouvelle saison de danse des productions Sarfati au Théâtre des Champs Elysées, baptisée TranscenDanses.

Crédit photographique : © Erik Berg

Plus de détails

Théâtre des Champs-Elysées. 22/IX/14. Ballet National de Norvège : Future Memories. Chorégraphies : Jiří Kylián. Bella Figura (1985) : musiques : Foss, Pergolesi, Marcello, Torelli, Vivaldi, décors : Jirí Kylián, costumes : Joke Visser, lumières : Kees Tjebbes, mise en scène : Elke Schepers. Gods and dogs (2008) : musiques : Dirk Haubrich, Ludwig van Beethoven, décors : Jirí Kylián, costumes : Joke Visser, lumières : Kees Tjebbes, vidéos : Dag Johann Huagerud, projections : Tatsuo Unemi, Daniel Bisig, mise en scène : Urtzi Aranburu. Symphonie des Psaumes (1978) : musique : Igor Stravinsky, décors : William Katz, costumes : Joop Stokvis, conception lumières : Jirí Kylián, mise en scène : Brigitte Martin. Avec les danseurs du Ballet National de Norvège.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.