Concerts, La Scène, Musique symphonique

Les variations symphoniques de David Zinman

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel.19-XI-2014. Hector Berlioz (1803-1869) : Benvenuto Cellini, ouverture op.23 ; Benjamin Britten (1918-1976) : Symphonie pour violoncelle et orchestre op.68 ; Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n°3 en mi bémol majeur « Rhénane » op.97. Gautier Capuçon : violoncelle ; Orchestre de Paris, direction : David Zinman.

Image 1Chef adulé par un orchestre de la Tonhalle de Zürich qu’il a dirigé durant deux décennies, est une personnalité majeure dont les apparitions à la tête de l’ demeurent toujours des événements.

L’ a la couleur et le caractère approprié à cette tonitruante ouverture de Benvenuto Cellini de Berlioz. Cela ne suffit pas forcément à faire de cette interprétation au cordeau un modèle du genre, à moins de préférer la rectitude dynamique et l’irréprochable cadre rythmique à la puissance des élans lyriques. Dans cette musique naïve et pimpante, la rigueur du chef américain peut sembler excessive, mais il est vrai que les pièges abondent et qu’il convient de les éviter…

Rien de comparable dans la rare Symphonie concertante de Britten, pour violoncelle et orchestre. a le bon goût de ne pas imiter les trémulations sentimentales de … Son Matteo Goffriler sonne étonnamment neutre et effilé dans une musique il est vrai, assez rétive aux effets de manche. Ce discours qui confond longueur et langueur aligne les notes tenues et les figures ostinato. Parfois une cadence émerge de la grisaille et laisse au soliste un espace disproportionné qui peine à constituer un tout homogène avec le reste.

La Symphonie n°3 « Rhénane » de se plie naturellement à la lecture très architecturée de . Sans pousser l’analyse jusqu’à dégager pédagogiquement les nervures et les enchaînements, il sait maintenir l’interprétation à un haut niveau d’exigence. Direction engagée et volontaire (tout le contraire de Riccardo Muti entendu il y a quelques semaines), le geste sait animer l’andante maestoso sans dépression aucune. Le « Lebhaft » final marque un triomphe sans ostentation – une manière de prouver à qui en douterait encore, qu’un grand chef n’a pas besoin de souligner les effets pour obtenir le meilleur de son effectif.

Crédits photographiques : GFDK

Plus de détails

Paris. Salle Pleyel.19-XI-2014. Hector Berlioz (1803-1869) : Benvenuto Cellini, ouverture op.23 ; Benjamin Britten (1918-1976) : Symphonie pour violoncelle et orchestre op.68 ; Robert Schumann (1810-1856) : Symphonie n°3 en mi bémol majeur « Rhénane » op.97. Gautier Capuçon : violoncelle ; Orchestre de Paris, direction : David Zinman.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.