À emporter, CD, Musique symphonique

Gustavo Dudamel et la 7e de Mahler, le concerto pour orchestre permanent

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n°7. Orchestre Symphonique Simón Bolivar du Venezuela, direction : Gustavo Dudamel. 1 CD DGG. Référence 479 1700.

 

dudamel mahler7 dggDudamel passe au rouleau compresseur la plus énigmatique des symphonies de Mahler.

poursuit ses explorations mahlériennes : après les Symphonies n°1 (en 2009), n°5 (en 2007) n°8 (en 2012) et n°9 (idem), il se lance à l’assaut de la redoutable Symphonie n°7.  Affronter cette œuvre, encore redoutable techniquement pour le chef et l’orchestre, reste une épreuve de force, mais Dudamel n’a, comme toujours, peur de rien et fonce, tête dans le guidon… Il fait exploser, comme à son habitude, les décibels dans cette lecture ultra-rapide. L’exploration du langage mahlérien reste limitée à une lecture purement orchestrale en mode « concerto pour orchestre » que Dudamel plaque, sans la moindre réflexion, sur toutes les œuvres qu’il dirige.  Les tics de chef sont nombreux avec des effets de manche stylistiques malvenus comme le soudain rubato tchaïkovskien à  la fin du 1er mouvement.  Le final, arraché à la hussarde, telle une « Chevauchée des Walkyries » pachydermique, est un contresens absolu avec ses platrées de cuivres bruyants et gras. L’orchestre est valeureux mais marque des signes de faiblesses ça-et-là, trahi par la rapidité vertigineuse des tempi.

Au final, certains loueront peut-être l’enthousiasme et les vitamines  bodybuildées de cette lecture grossière, mais les vrais mahlériens remettront sur la platine les lectures de : Klemperer (EMI), Bernstein (DGG), Solti (Decca), Neumann (Berlin Classics-Supraphon), Haitink (Philips), Abbado (DGG), Jansons (BR Klassic), Tennstedt (Emi) et même Svetlanov (Warner).

Dans le même temps, l’Orchestre autoédite, un programme wagnérien, identique à celui des concerts de la tournée européenne de janvier 2015. On y retrouve les mêmes tics et les mêmes décibels envahissants. DGG, le label du chef, en profite pour édite une compilation, à l’occasion des 40 ans de El Sistema. On y constate la triste évolution du chef qui passe de jeune baguette enthousiaste et énergique à celle de « roi du bruit » superficiel, triste symbole d’un chef surdoué trop tôt précipité dans l’ère médiatique et mondialisée, sans avoir eu le temps de transformer le brio technique en véritable style cultivé et pertinent…

Plus de détails

Gustav Mahler (1860-1911) : Symphonie n°7. Orchestre Symphonique Simón Bolivar du Venezuela, direction : Gustavo Dudamel. 1 CD DGG. Référence 479 1700.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.