Danse , La Scène, Spectacles Danse

Les Lions du Sénégal rugissent au Théâtre de la Ville

Plus de détails

Paris. Théâtre des Abbesses. 25/III/15. At the same time we were pointing a finger at you, we realized we were pointing three at ourselves… Une proposition de Robyn Orlin. Avec la compagnie JANT-BI / Germaine Acoigny. Assistant de la chorégraphe : Shush Tenin. Lumières : Laïs Foulc. Costumes : Birgit Neppl. Vidéo : Aldo Lee. Scénographie : Robyn Orlin, en collaboration avec Maciej Fiszer. Traduction des sous-titres : Maurice Salem. Avec Hans Peter Diop Ibaghino, Khalifa Ababacar Top, Adelinou Dasylva, Tchébé Bertrand Saky, Claude Marius Gomis, Aliou Ndoye, Mamadou Baldé, Mohamed Abdoulaye Kane.

14585542023_4a25f95820_o-®Chloe¦ü Gwinner poursuit son récit de l’Afrique enchantée avec ce spectacle joyeux et désordonné, foutraque mais généreux.

La sud-africaine blanche a encore frappé ! Après les Pantsulas, les Swankas ou les Zoulous, elle explore une autre tradition africaine, le Simb ou la cérémonie du faux lion. A partir de ce jeu traditionnel du Sénégal qui met en scène des « hommes-lions » effrayants et moqueurs, interpelle les spectateurs sur leur identité et leur place dans le monde contemporain. Elle bénéficie pour cette étonnante métaphore de l’aide dynamique et généreuse des danseurs de la compagnie JANT-BI dirigée par la chorégraphe Germaine Acogny. Ils proviennent du vivier de la célèbre Ecole des Sables, fondée en 1988.

Une fois de plus, Robyn Orlin fait confiance à ses interprètes et leur laisse le champ libre. Elle organise et met en scène leur chaos foutraque, d’où surgissent des pépites et des personnalités extraverties. Interrogeant les traditions sociales africaines, elle met en lumière le parcours singulier de chacun des danseurs, qui se livrent à travers un portrait filmé et un solo chorégraphié.

IMG_0465-2La scénographie co-signée de Robyn Orlin et Maciej Fiszer est à l’image de la générosité du spectacle : de grands seaux en plastique colorés, des accessoires qui tombent des cintres en maille rose ou jaune fluo, des coiffes de lion chargées de symboles. Sans jamais perdre le rythme, les danseurs enchaînent les numéros de bravoure et les performances, en prenant sans arrêt la parole à l’aide de micros HF.

De fréquentes incursions dans le public, les danseurs grimpant les gradins ou interpellant les spectateurs des premiers rangs, donnent au spectacle une dimension participative. Elle est renforcée par l’usage que la chorégraphe fait du téléphone portable. Des SMS signés Robyn et projetés sur un rideau commentent avec humour les différentes parties du spectacle. Certains danseurs utilisent leur mobile comme une caméra miniature, dont les images sont projetées sur ce même rideau. Ces différents modes d’expression scénique font souffler sur le plateau du Théâtre de la Ville un vent de modernité très bienvenu.

Photo : © Philippe Laine et Chloé Gwinner

(Visited 489 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre des Abbesses. 25/III/15. At the same time we were pointing a finger at you, we realized we were pointing three at ourselves… Une proposition de Robyn Orlin. Avec la compagnie JANT-BI / Germaine Acoigny. Assistant de la chorégraphe : Shush Tenin. Lumières : Laïs Foulc. Costumes : Birgit Neppl. Vidéo : Aldo Lee. Scénographie : Robyn Orlin, en collaboration avec Maciej Fiszer. Traduction des sous-titres : Maurice Salem. Avec Hans Peter Diop Ibaghino, Khalifa Ababacar Top, Adelinou Dasylva, Tchébé Bertrand Saky, Claude Marius Gomis, Aliou Ndoye, Mamadou Baldé, Mohamed Abdoulaye Kane.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.