Danse , La Scène, Spectacles Danse

Y Olé, le Sacre de José Montalvo à Chaillot

Plus de détails

Théâtre national de Chaillot. 17/VI/15. José Montalvo : Y Olé ! Chorégraphie : José Montalvo. Assisté de Joëlle Iffrig et Fran Espinosa. Scénographie et conception vidéo : José Montalvo. Coordination artistique : Mélinda Muset-Cissé. Costumes : Rose-Marie Melka, assistée de Marie Malterre et Didier Despin. Lumières : Gilles Durand, Vincent Paoli. Son : Pipo Gomes. Collaborateurs artistiques à la vidéo : Sylvain Devay, Clio Gavagni, Michel Jaen Montalvo. Répétiteurs : Delphine Caron, Emeline Colonna, Simhamed Benhalima, Fouad Hammani. Créé et interprété par Karim Ahansal dit Pépito, Rachid Aziki dit ZK Flash, Abdelkader Benabdallah dit Abdallah, Emeline Colonna, Anne-Elisabeth Dubois, Serge Dupont Tsakap, Fran Espinosa, Samuel Florimond dit Magnum, Elizabeth Gahl, Rocio Garcia, Florent Gosserez dit Acrow, Rosa Herrador, Chika Nakayama, Lidia Reyes, Beatriz Santiago, Denis Sithadé Ros dit Sitha.

Y Olé ! 10@Jean CouturierIl fallait y penser ! En mixant hip hop et flamenco dans une version inédite du Sacre du Printemps, signe avec Y Olé ! un coup de maître tonique et réussi…

La présente et émouvante musique de Stravinsky a inspiré , qui retrouve avec ce spectacle ses racines andalouses. Quoi de plus proche, en effet, que les percussions du Sacre du Printemps et les zapateados du flamenco ? Quoi de plus semblable que la poussée de sève printanière qui jette les hommes contre les femmes et les figures sur la tête des hip hopers ? En mixant deux styles antagonistes, Montalvo mèle la terre et le ciel, le feu et l’eau.
Il combine dans ce spectacle tout ce que l’on pouvait attendre de lui depuis longtemps : la maîtrise du plateau, le travail d’écriture chorégraphique, la gestion de la narration, l’usage subtil de la vidéo. Sans oublier les danseurs d’un excellent niveau qui insufflent au spectacle un esprit de corps de ballet et lui donnent forces, émotions et couleurs. José Montalvo ose même un rapprochement entre la battle des hip hopers et la festa flamenca, permettant à chacun de disposer de son moment de bravoure.

Quel dommage que Le Sacre du Printemps ne dure pas plus longtemps ! Dans la deuxième partie, le chorégraphe donne l’impression de meubler en utilisant d’autres musiques et des chants populaires andalous. Il fait appel à Fran Espinosa, un exceptionnel cantador pour donner l’élan et le rythme du cante jondo, entouré des flamencas qui ont rejoint la compagnie. À l’avant-scène une barque en bois accueille tous les danseurs. Est-ce celle des réfugiés qui abordent les côtes européennes, celle des pêcheurs ou celle qui franchit le Styx vers l’au-delà ? A travers cette ode finale à tous les migrants, José Montalvo rappelle aussi de façon poignante ses origines familiales d’émigré espagnol. Un spectacle à recommander chaleureusement…

Crédits photographiques : © Jean Couturier

Plus de détails

Théâtre national de Chaillot. 17/VI/15. José Montalvo : Y Olé ! Chorégraphie : José Montalvo. Assisté de Joëlle Iffrig et Fran Espinosa. Scénographie et conception vidéo : José Montalvo. Coordination artistique : Mélinda Muset-Cissé. Costumes : Rose-Marie Melka, assistée de Marie Malterre et Didier Despin. Lumières : Gilles Durand, Vincent Paoli. Son : Pipo Gomes. Collaborateurs artistiques à la vidéo : Sylvain Devay, Clio Gavagni, Michel Jaen Montalvo. Répétiteurs : Delphine Caron, Emeline Colonna, Simhamed Benhalima, Fouad Hammani. Créé et interprété par Karim Ahansal dit Pépito, Rachid Aziki dit ZK Flash, Abdelkader Benabdallah dit Abdallah, Emeline Colonna, Anne-Elisabeth Dubois, Serge Dupont Tsakap, Fran Espinosa, Samuel Florimond dit Magnum, Elizabeth Gahl, Rocio Garcia, Florent Gosserez dit Acrow, Rosa Herrador, Chika Nakayama, Lidia Reyes, Beatriz Santiago, Denis Sithadé Ros dit Sitha.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.