Grands moments avec Till Fellner et Stephen Hough à la Grange de Meslay

Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Parçay-Meslay. Grange de Meslay. Concerts des 20 et 21 juin. Avec : le Quatuor Hermès ; Lise de La Salle, Till Fellner, Claire Désert et Stephen Hough, piano ; Orchestre Symphonique Région Centre Tours, direction : Jean-Yves Ossonce.

GP1506218093Au cours de la 51e édition des Fêtes Musicales en Touraine, la Grange de Meslay, si chère à Sviatoslav Richter, a été marquée par deux récitals magistraux de et de .

Cette année, tout au long du festival (du 19 au 28 juin), le programme offrait Bach, Mozart, Schubert, Schumann et Brahms, parmi lesquels Chopin trouvait sa part légitime, ainsi que Debussy dont la présence était plus modeste.

Le samedi 20 juin, le jeune , tout récemment récompensé par l’Association (anciennement Syndicat) professionnelle de la critique de théâtre, musique et danse (ils ont reçu le Prix « révélations musicales, catégorie instrumentale »), livre une interprétation à la fois rigoureuse et inventive, gorgée de fraîcheur juvénile dans Mozart (Quatuor n° 14), Schubert (Quartettsatz) et Schumann (Quatuor n° 3) ; leur succède quelques heures plus tard, en exécutant avec grande vivacité Bach/Busoni (Chaconne), Brahms (Variations sur un thème de Haendel et Thème et Variations op. 18) et Schumann (Fantaisie). Si sa Chaconne est habitée par une intensité rare, et si elle réalise de très beaux moments en piano et pianissimo, son forte est souvent fracassant, comme si elle affrontait le tutti d’un grand orchestre, même en solo.

GP1506218286Les meilleurs moments du week-end se trouvent au récital de le dimanche matin et à celui de , dimanche soir. La réputation de Till Fellner comme interprète du répertoire classique viennois n’est plus à démontrer, et il nous a offert le Rondo K511 et la Sonate n° 4 de Mozart, empreints d’une grande simplicité, ainsi que quatre préludes et fugues, du second livre du Clavier bien Tempéré de Bach, d’une profondeur inégalée. Ce que le public français sait moins, c’est qu’il excelle également dans la musique contemporaine, et il l’a largement montré en jouant Traumprotokoll (Journal de Rêve) du compositeur munichois (né en 1968). L’œuvre est constituée de onze mini-bagatelles indépendantes, de caractères très différents, mais liés d’une manière ou d’une autre, tout comme les Kreisleriana de Schumann, que le pianiste aborde à la fin de son récital. Tout est toujours minutieusement calculé dans son interprétation, on se demandait alors comment il allait concilier la rigueur de son jeu et la fougue romantique qui traverse l’esprit schumannien, mais notre interrogation était vaine : il a cet élan de passion tout en gardant son calme, la combinaison de ces deux aspects opposés devenant presque excitante.

Dans l’après-midi, un Concerto de Schumann par et l’Orchestre Symphonique Région Centre Tours, dirigé par , précédé d’Ouverture, Scherzo et Finale op. 52 du même compositeur, pour lesquels l’acoustique assez sèche de la salle n’est pas favorable, mais la pianiste a donné en bis un magnifique « L’Oiseau-prophète » (extrait des Scènes de la forêt op. 82 ).

Un autre moment fort : le récital de Stephen Hough, avec le programme Debussy-Chopin. Sa Plus que lente et ses Estampes sont marquées par un sens du silence, ou du « presque rien » si on peut emprunter l’expression de Jankélévitch : il joue avec un quadruple ou un quintuple piano, proposant un « silence sonore » qu’on entend à peine, mais on l’entend, et c’est absolument sublime. Quatre Ballades de Chopin, tour à tour fiévreux, angoissant, rêveur ou dramatique, puis, retour à Debussy, avec Children’s Corner et L’Isle Joyeuse. Et quels Debussy ! Exprimée avec toutes les nuances et toutes les subtilités, la version que propose le pianiste britannique est à la fois intuitive et tout à fait préparée ; une version qui fera référence.

Crédits photographiques : Till Fellner et Stephen Hough © Gérard Proust

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.