Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

Kotaro Fukuma et autres jeunes pianistes aux Jacobins

Plus de détails

Toulouse, Cloître des Jacobins, 18-IX-2015. Œuvres de : Johann Sebastian Bach (1685-1750), George Crumb (1929-), Phillip Neil Martin (1979-), Joji Yuasa (1929-), Toru Takemitsu (1930-1996), Frédéric Chopin (1810-1849), Charles Tomlison Griffes (1884-1920), Gabriel Fauré (1845-1924), Claude Debussy (1862-1918), Bedřich Smetana (1824-1884) / Kotaro Fukuma (1982-). Kotaro Fukuma, piano.
Tournefeuille, Escale, 19-IX-2015. Œuvres de : Jean-Sébastien Bach, Claude Debussy, Frédéric Chopin, Maurice Ravel (1875-1937). François Dumont, piano.
Toulouse, Cloître des Jacobins, 20-IX-2015. Œuvres de : Arcadi Volodos (1972-), Franz Liszt (1811-1886) / Richard Wagner (1813-1883), Igor Stravinsky (1882-1971) / Guido Agosti (1901-1989), Johannes Brahms (1833-1897), Arnold Schoenberg (1874-1951), Mili Balakirev (1837-1910). Alexandre Kantorow, piano.

Korato Fukuma 5Le festival Piano aux Jacobins, pour sa 36e édition, se distingue une fois de plus par le mélange de styles et de générations, mais aussi par l’originalité du programme, notamment de jeunes interprètes.

Le choix des œuvres de (lire entretien) est révélateur concernant l’originalité du programme. Dans la première partie, il alterne des pièces contemporaines et la Partita n° 2 de Bach, sur le thème de « cosmos » : Primeval Sound de Crumb, From the Zenith de Martin, Cosmos Haptic de Yuasa, et For Away de Takemitsu. Un va-et-vient entre l’espace et la terre, pour exprimer la dimension cosmique de la musique, mais aussi un vibrant hommage au cantor de Leipzig, en tant que « père » de la musique occidentale moderne. C’est aussi une expression de respect de la part du pianiste envers les compositeurs vivants (excepté Takemitsu) avec qui il entretient des liens directs plus ou moins privilégiés. Dans la deuxième partie, qui commence par le « Prélude » en ut majeur BWV846 du Clavier bien tempéré, Fukuma poursuit son hommage à Bach avec le thème de l’eau, en se basant sur le fait que bach en allemand signifie ruisseau. Plus « classique » que la première partie, elle est dominée par la cohérence stylistique, avec le Ballade n° 2 de Chopin, The lake at evening de Greffes (influence de Debussy est nettement perceptible), la Barcarolle n° 1 de Fauré, Reflet dans l’eau de Debussy et la transcription par le pianiste de Moldau de Smetana. Fukuma s’investit totalement dans ce programme qu’il interprète entièrement par cœur (sauf la première pièce), avec une telle application et un tel enthousiasme, mais aussi avec grand soin dans chaque détail, que le public salue son récital et ses quatre bis avec une ovation debout.

Le 19 septembre, dans le théâtre L’Escale de Tournefeuille, en banlieue toulousaine, donne un récital à un programme cette fois « classique ». Après le Concerto italien de Bach, Estampes de Debussy, il termine la première partie avec le 1er Ballade de Chopin, avant de jouer les trois autres Ballades en deuxième partie, suivis de La Valse de Ravel à la fin. Cette coupure inattendue est une forme de l’originalité ; même si on est habitués à entendre les quatre Ballades d’un trait, la tension musicale créée par le 1er Ballade est convaincante pour mettre une pause avant de reprendre une autre tension qui aboutit au tourbillon ravélien. L’acoustique de la salle polyvalente, avec les sièges montés en gradins, est un peu trop sèche pour pouvoir apprécier pleinement le jeu subtil de  ; nous espérons donc pouvoir l’entendre au cloître des Jacobins.

A. KantorowC’est dans le cadre des Journées du Patrimoine que le jeune pianiste , 18 ans, donne un récital prometteur dans un programme personnel. Il est vrai que lors d’une telle manifestation populaire, les conditions de concert sont loin d’être idéales, compte tenu des mouvements des visiteurs (qui parlent souvent). Mais le pianiste offre une prestation tout à fait louable, avec quelques prises de paroles dans le micro pour de brèves explications. Sa virtuosité évidente (Paraphrase sur la Marche Turque, Islamey), sa profondeur d’expression (Intermezzi de Brahms), son goût pour la théâtralité (Oiseau du feu, La Mort d’Isolde) font de lui un pianiste déjà exceptionnel, sans parler de sa sensibilité pour la modernité (Klavierstücke de Schoenberg). On attend alors avec impatience un récital en soirée dans un cadre habituel.

Crédits photographiques : © Stéphane Delavoye ; © DR

 

Plus de détails

Toulouse, Cloître des Jacobins, 18-IX-2015. Œuvres de : Johann Sebastian Bach (1685-1750), George Crumb (1929-), Phillip Neil Martin (1979-), Joji Yuasa (1929-), Toru Takemitsu (1930-1996), Frédéric Chopin (1810-1849), Charles Tomlison Griffes (1884-1920), Gabriel Fauré (1845-1924), Claude Debussy (1862-1918), Bedřich Smetana (1824-1884) / Kotaro Fukuma (1982-). Kotaro Fukuma, piano.
Tournefeuille, Escale, 19-IX-2015. Œuvres de : Jean-Sébastien Bach, Claude Debussy, Frédéric Chopin, Maurice Ravel (1875-1937). François Dumont, piano.
Toulouse, Cloître des Jacobins, 20-IX-2015. Œuvres de : Arcadi Volodos (1972-), Franz Liszt (1811-1886) / Richard Wagner (1813-1883), Igor Stravinsky (1882-1971) / Guido Agosti (1901-1989), Johannes Brahms (1833-1897), Arnold Schoenberg (1874-1951), Mili Balakirev (1837-1910). Alexandre Kantorow, piano.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.