Lang Lang live à Versailles

À emporter, DVD, DVD Musique, Musique de chambre et récital

Frédéric Chopin (1810-1849) : 4 Scherzos; Piotr Ilitch Tchaïkovski (1843-1893) : The Seasons op. 37a. Lang Lang, piano. Lang Lang live in Versailles. 1 DVD. Sony Classical. LC 6868. 88875146929. Notice en anglais. Enregistré dans la galerie des Glaces du Château de Versailles, le 22 juin 2015. Durée : 92 minutes.

 

lang-lang-dvd-live-in-versaillesLe pianiste est à l’honneur de ce DVD enregistré lors d’un récital dans le somptueux décor du Château de Versailles, haut lieu de la monarchie française.

Connaissant le goût prononcé de l’artiste pour le faste et l’ostentatoire, on se doute que cela constituait un rêve de pouvoir jouer un jour dans la demeure même du « Roi Soleil ». Nommé ambassadeur du Château, nous propose un riche programme articulé autour de Chopin et de Tchaïkovski.

La première partie consacrée aux Scherzos ne nous apprend rien de nouveau dans ce répertoire aux références célèbres. Il s’agit avant tout d’une célébration du pianiste qui prend la pose et nous gratifie de ses gestes maniérés avec une théâtralité devenue célèbre.

Malgré des tempi amples, les épisodes lents sont globalement plus réussis que les multiples enchainements virtuoses avalés à toute allure. Le clavier est souvent malmené, à l’image du caractère martial du 4e Scherzo ou du 1er dont les basses heurtées sont les illustrations d’une dureté digitale de mauvais goût. Les 2e et 3e laissent entrevoir un toucher plus soigné et délié mais sont malheureusement rattrapés par des finals gâchés par leur manque de construction. Cette brillance démonstrative de premier plan est son propre ennemi et empêche d’accéder à la dimension introspective propre à Chopin.

Après cette première partie peu convaincante, le Tchaïkovski apparaît, quant à lui, d’une autre teneur. Dans les 12 pièces des Saisons, Lang Lang montre une autre facette, une fois son masque de représentation tombé. Plus sincère dans son approche, il parvient même à faire preuve de cohérence tout au long de ce cycle. Son interprétation fait naître un sentiment, crée une atmosphère à travers chaque tableau. Dès les premières mesures de Janvier, son jeu libère un éventail de nuances et retrouve fluidité et musicalité. D’une beauté triste, le célèbre mois de Juin et son phrasé étiré instaurent un climat intimiste. On attendrait un tempo plus allant dans Avril ce qui rendrait l’ensemble plus léger mais preuve ici qu’il est possible de l’envisager tout autrement. Vient ensuite le délicat Chant de l’alouette dont le toucher est d’une douceur poétique. Si les reflets tristes et mélancoliques d’Octobre sont empreints d’une nostalgie pénétrante, une touche festive est de mise pour le dernier mois de l’année, un Noël raffiné avec ce mouvement de valse entraînante.

Outre cette 2e partie inattendue, ce DVD montre des plans intéressants sur la beauté des lieux dont le plafond de Lebrun, les sculptures antiques mais aussi des prises de vue sur les jardins extérieurs. Une réalisation intéressante qui constituera dans son ensemble un joli cadeau de Noël.

Crédit photographique : © Alix Laveau

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.