Danse , La Scène, Spectacles Danse

Les émouvants adieux de Mats Ek au public parisien

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 6-I-2016. Mats Ek : From black to blue / TranscenDanses. She was black (1994). Musique : Henryk M. Gorecki, musique traditionnelle de Mongolie. Lumières : Ellen Ruge. Danseurs : Semperoper Ballett Dresden. Solo for 2 (1996). Musique : Arvo Pärt. Lumières : Erik Berglund. Décors et costumes : Peder Freiij. Danseurs : Dorothée Delabie, Oscar Salomonsson. Hache (2015). Musique : Albinoni (interprété par le Flesh Quartet). Lumières : Jörgen Jansson. Décors et costumes : Katrin Brännström. Danseurs : Ana Laguna, Yvan Auzely.

Semperoper Ballett Dresden_Sie war schwarz_Foto_Costin Radu_20110512_0849Alors que l’une de ses plus célèbres interprètes fait ses adieux à Tokyo, le chorégraphe suédois dit « au revoir » à son public parisien au Théâtre des Champs-Élysées avec un programme sur-mesure.

À 70 ans, le chorégraphe choisit de tirer sa révérence. On reconnaît dans cette décision la droiture tout nordique de quelqu’un pour qui la vie ne se résume pas à la danse. Partir oui, mais en faisant bien les choses. Il a donc concocté un spectacle tout particulier composé d’une pièce de groupe et de deux duos.

She was black est une pièce créée en 1994 pour 11 danseurs. Les danseurs du Semperoper Ballett Dresden endossent avec détermination ce costume peut-être un peu trop grand pour eux. Dans cette pièce crépusculaire, où l’on rencontre Dieu à défaut de rencontrer la Mort, Mats Ek pratique l’économie de moyens : une estrade, une table et quelques cubes forment toute la scénographie.

YXAOn retrouve dans les mouvements et les déplacements la fluidité du chorégraphe alliée à une gestuelle abstraite, publique. Ce qui a toujours fait le charme et la force du travail de Mats Ek, c’est sa fine peinture de la vie quotidienne et de la banalité du couple, sans en omettre la trivialité à travers certains détails ou certaines attitudes.

C’est ce qui caractérise, à l’instar d’Appartement, une de ses œuvres phare, le duo Solo for 2, avec lequel se poursuit ce programme exceptionnel. Dorothée Delabie, danseuse du Ballet de l’Opéra de Lyon et Oscar Salomonsson, danseur du Ballet de l’Opéra Royal de Stockholm incarnent le couple ordinaire créé à l’origine par Sylvie Guillem et Niklas Ek. Simplicité de la dramaturgie, limpidité des lumières et de la scénographie, douceur et ferveur des interprètes, tout concourt à faire de ce duo un moment d’anthologie. Le tout sur une musique poignante d’Arvo Pärt.

L’émotion est aussi au rendez-vous avec Hache, la toute dernière création du chorégraphe pour son épouse et muse, la danseuse . C’est aujourd’hui une femme aux cheveux gris dont l’amplitude des mouvements se restreint, mais dont la présence est toujours aussi intense. Une lueur dans les yeux qui pétillent, une danse nerveuse et ramassée en écho aux gestes bruts de l’époux, joué par , qui débite imperturbablement ses bûches sur un billot. Une stère de bois dans un théâtre, voilà qui n’est pas banal ! Avec ce duo insolite et tendre, Mats Ek met un point d’orgue à plus de 40 années de création chorégraphique.

Crédits photographiques  : Costin Radu

Plus de détails

Paris. Théâtre des Champs-Élysées. 6-I-2016. Mats Ek : From black to blue / TranscenDanses. She was black (1994). Musique : Henryk M. Gorecki, musique traditionnelle de Mongolie. Lumières : Ellen Ruge. Danseurs : Semperoper Ballett Dresden. Solo for 2 (1996). Musique : Arvo Pärt. Lumières : Erik Berglund. Décors et costumes : Peder Freiij. Danseurs : Dorothée Delabie, Oscar Salomonsson. Hache (2015). Musique : Albinoni (interprété par le Flesh Quartet). Lumières : Jörgen Jansson. Décors et costumes : Katrin Brännström. Danseurs : Ana Laguna, Yvan Auzely.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.