Le Brahms somptueux d’Alexander Kniazev

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Johannes Brahms (1833-1897) : Sonates pour violoncelle et piano n° 1 et 2 ; Transcription de la 3e sonate pour violon et piano. Alexander Kniazev, violoncelle ; Andrei Korobeinikov, piano. 1 CD Mirare MIR 270. Enregistré en octobre 2014 à Munich. Notice de présentation en français, anglais, allemand. Durée : 1 heures 17’

 

Les Clefs ResMusica

1507-1Digne successeur de Rostropovitch, et sans doute le plus grand violoncelliste actuellement en activité, nous donne une lecture stupéfiante de générosité et de lyrisme des deux sonates pour violoncelle de Brahms, auxquelles il joint la transcription de la 3e pour violon. Un disque magnifique même si l’accompagnement d’ aurait pu parfois être un peu moins pesant.

Le texte de présentation de ce magnifique album n’a pas tort de présenter comme le « digne successeur de Mstislav Rostropovitch »; en effet, le musicien russe fait preuve, au delà d’une technique superlative, d’une musicalité et d’un lyrisme qui ne cèdent en rien à ceux de son illustre prédécesseur. Une sonorité d’orgue (un instrument dont, soit dit en passant, Kniazev joue aussi en virtuose accompli), une justesse impeccable, une beauté de timbre de tous les instants ; écoutez ces pizzicati qui résonnent comme des cloches mystérieuses dans le lointain au début de l’adagio de l’opus 99, l’intensité de ce chant qui fait « parler » le Bergonzi du maestro comme une voix humaine, chant juste entrecoupé par les respirations du musicien, audibles jusque sur ce CD. Même la transcription de la sonate opus 108 parvient à faire oublier le violon pour lequel elle a été écrite, un exploit en soi… Pour contrebalancer une présence sonore aussi écrasant, a parfois tendance à alourdir la pâte pianistique déjà assez dense de Brahms, alors que Nikolai Lugansky, autre partenaire habituel de Kniazev parvient à conserver son élégance légendaire sans s’effacer devant ce grand fauve de l’archet. Il en ressort un Brahms de grand vent, loin de toute mièvrerie, bourru et puissant, mais qui nous emporte avec une ardeur à laquelle il est impossible de résister. Magistral !

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.