Banniere-ClefsResmu-ok

L’intimidant legs discographique d’Emil Gilels

À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

Les enregistrements complets d’Emil Gilels (piano) pour Deutsche Grammophon : Œuvres d’Alabiev, Beethoven (27 sonates, variations « Eroica », concerto n°5), Brahms (quatuor opus 25, Ballades, Fantaisies opus 116, concertos, trio avec cor), Chopin (Sonate n°3, trois polonaises, Ballade n°1), Fauré (1° quatuor), Grieg (pièces lyriques), Haydn (deux trios), Kabalevski (concerto n°3), Liszt rhapsodie hongroise n°9, Etude d’après Paganini n°5), Loeillet (gigue), Medtner (sonate n°5), Mendelssohn (duetto opus 38/6), Mozart (Concerto pour deux pianos, concerto n°27, Sonates °3 et 8, Fantaisie, variations),Prokofiev (marche de l’amour des trois oranges, Concerto n°3), Rameau (le rappel des oiseaux), Scarlatti (cinq sonates), Schubert (quintette « la truite », Andantino varié, Fantaisie, Rondo et écossaises pour deux piano), Schumann ( trio n°1, Toccata, le contrebandier, Fantasiestucke n°7). Leonid Kogan (violon), Rudolf Barshai (alto), Mstislav Rostropovitch (violoncelle), Yakov Schapiro (cor), quatuor Beethoven, membres du quatuor Amadeus, Elena Gilels (piano). Orchestre philharmonique de Berlin, Eugen Jochum ; Orchestre philharmonique de Vienne, Karl Boehm ; orchestre philharmonique de Leningrad, Kurt Sanderling ; orchestre symphonique de la radio d’URSS, Kiril Kondrachine, Dimitri Kabalevski. 24 CD DG 479 4651. Enregistré de 1935 à 1985. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Durée : 25 heures 14’03’’

 

guilels-photoDeutsche Grammophon nous rend l’essentiel du legs discographique d’Emil Gilels, en ajoutant aux gravures DG celles jadis publiées par Westminster. La figure hautaine et monumentale du pianiste russe en ressort avec une grandeur impressionnante. Un magnifique hommage.

Ce superbe coffret de 24 CD reprend, outre les enregistrements réalisés pour la DGG entre 1975 et 1985, année de la mort du musicien (1916-1985), sept gravures d’origine Melodyia/Westminster, antérieures à 1958 ; Gilels y est entouré de l’élite des chefs et chambristes soviétiques (Sanderling, Rostropovitch, Kogan, Kondrachine) et en impose déjà par sa virtuosité et son style hautain et sans concession. Cette caractéristique se retrouve dans les gravures DGG, marquées avant tout par l’intégrale, hélas inachevée des sonates de Beethoven ; neuf CD de belle tenue mais auxquels manque, et manquera toujours cinq sonates dont surtout l’opus 111 ! Le style est sévère, puissant, impeccablement architecturé, volontiers monumental, comme dans une Hammerklavier intimidante. On regrettera curieusement quelques résonances déplaisantes dans le dernier enregistrement de 1985.

Après Beethoven, le deuxième compositeur le mieux servi est Brahms, avant tout pour les deux concertos avec Jochum à Berlin, qui donne une réplique d’une puissance symphonique impressionnante, mais aussi les ballades de l’opus 10 au parfum de légende, ou un opus 25, avec les Amadeus somptueux, et lui aussi quasiment symphonique. Le florilège des pièces lyriques de Grieg les porte à un sommet inattendu, au-delà sans doute de ce que la musique par elle-même contient. Un beau récital Chopin, lui aussi plus impressionnant que touchant confirme cette esthétique de la grandeur propre à Gilels. Reste un superbe double album où Mozart, admirablement accompagné par Boehm et les viennois (les orchestres et leurs chefs accompagnateurs sont toujours du niveau le plus élevé) et des Schubert ultimes à quatre mains avec sa fille Elena (1948-1996) atteignent cette fois une émotion bien réelle. Superbe portrait (certes incomplet, les légendaires concertos de Tchaïkovski avec Maazel par exemple n’appartiennent pas au catalogue DGG) mais fidèle d’un musicien resté assez secret, peut-être en raison de l’époque très noire durant laquelle son art s’est développé. Même les circonstances de sa mort prématurée (une erreur médicale lors d’un contrôle de routine a toujours soutenu Richter…) ont contribué au mythe.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.