À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Chopin, Yundi Li dans son répertoire

Plus de détails

Frédéric Chopin (1810-1849) : Ballade n° 1 en sol mineur op. 23 ; Ballade n° 2 en fa op. 38 ; Ballade n° 3 en la bémol majeur op. 47 ; Ballade n° 4 en fa mineur op. 52 ; Berceuse en ré bémol majeur op. 52 ; 4 Mazurkas op. 17. Yundi Li, piano. 1 CD Deutsche Grammophon. Enregistré en décembre 2015. Durée : 55’53.

 

4812443 confirme son affinité pour la musique de Chopin, et complète ses enregistrements de Préludes ou de Nocturnes, avec ce programme composé des quatre Ballades, des Mazurkas opus 17 et de la Berceuse opus 57. Un Chopin parfois académique, souvent puissant et subtil.

L’artiste chinois fait beaucoup parler de lui depuis sa révélation au concours Chopin il y a 16 ans. Aussi, oublions un instant sa vie médiatique et écoutons. Passons tout de suite sur la Berceuse, certes virtuose mais sans poésie : le motif de berceuse de la basse est trop présent, les envolées de la main droite sont brillantes mais ressemblent à des variations académiques (titre d’ailleurs envisagé pour cette pièce par Chopin), par leur régularité et manque de légèreté, le tout sur un tempo assez lent.

En revanche, donne une version fougueuse (malgré un choix de tempo plutôt lent) des quatre Ballades, ces monuments du piano interprétés par les plus grands. Certes, parfois il force un peu les contrastes : ainsi, entre le thème tranquille et le développement de la deuxième Ballade. De même, nous avons entendu des versions plus délicates et poétiques de l’ouverture de la première Ballade. Cependant, l’ensemble reste saisissant, en particulier cette fin passionnée de la première Ballade, ou celle de la quatrième, vertigineuse. Enfin, nous applaudissons les quatre Mazurkas. Le pianiste explore avec une grande finesse ces miniatures dansantes avec des rubatos délicats mais sans effets superflus, un jeu gracieux, une délicatesse du toucher, sachant alterner des instants enjoués et mélancoliques. La tristesse n’y est jamais tout à fait sombre et la joie un peu fanfaronne se teinte de mélancolie.

(Visited 874 times, 1 visits today)

Plus de détails

Frédéric Chopin (1810-1849) : Ballade n° 1 en sol mineur op. 23 ; Ballade n° 2 en fa op. 38 ; Ballade n° 3 en la bémol majeur op. 47 ; Ballade n° 4 en fa mineur op. 52 ; Berceuse en ré bémol majeur op. 52 ; 4 Mazurkas op. 17. Yundi Li, piano. 1 CD Deutsche Grammophon. Enregistré en décembre 2015. Durée : 55’53.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.