À emporter, Audio, Musique symphonique

Un Schumann allégé par l’Orchestre de chambre de Paris

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Concerto pour violon ; Symphonie n° 1 « Le Printemps » ; Fantaisie pour violon et orchestre. Thomas Zehetmair, violon et direction ; Orchestre de chambre de Paris. 1 CD ECM New Series. Enregistré au Théâtre des Champs-Elysées (Paris) du 24 au 26 février 2014.

 

Schumann_zehetmair_ECMCe programme enregistré en février 2014 au Théâtre des Champs-Elysées revient en totalité à .

Le violoniste et chef d’orchestre autrichien (né en 1961) pilote depuis son violon face à l’ dont il est devenu chef principal lors de la saison 2012/2013 et la suivante. Cet orchestre se produit depuis 1978  date de sa constitution (à l’époque il s’appelait Ensemble orchestral de Paris). Il fut dirigé par des musiciens de l’envergure de Jean-Pierre Wallez, Armin Jordan, Jean-Jacques Kantorow, John Nelson et d’autres encore comme tout récemment Douglas Boyd. On ne compte plus ses collaborations réussies avec nombre de solistes réputés (Fazil Say, Gauthier Capuçon, Jean-Guilhem Queyras, Daniel Hope, Nathalie Dessay…). Une des caractéristiques interprétatives de l’ repose sur ses lectures dites « chambristes » des œuvres nécessitant traditionnellement un effectif considérable et une densité sonore affirmée. Cette option assumée dans la Symphonie n° 1 « Le Printemps » que écrivit en 1841 nous permet d’entendre une musique bien jouée où tout se trouve justement en place sauf bien sûr cette épaisseur du tissu orchestral, cette pâte sonore compacte, serrée, profonde à laquelle tiennent tous ceux qui ont du mal à se satisfaire d’un flux tenu, déshabillé presque, antithèse des canons romantiques si foncièrement en vogue il y a quelques années maintenant. En dépit de nos préférences, la lecture de Zehetmair et de sa phalange mérite des éloges pour leur engagement artistique indéniablement respectable. Le même dilemme (mais en est-ce un ?) s’adresse au moins illustre Concerto pour violon de 1853 tandis qu’il nous semble que la Fantaisie pour violon et orchestre, de 1853 également, se satisfait davantage de ces préférences chambristes. En somme, une gravure qui mérite le détour.

(Visited 533 times, 1 visits today)

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Concerto pour violon ; Symphonie n° 1 « Le Printemps » ; Fantaisie pour violon et orchestre. Thomas Zehetmair, violon et direction ; Orchestre de chambre de Paris. 1 CD ECM New Series. Enregistré au Théâtre des Champs-Elysées (Paris) du 24 au 26 février 2014.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.