Danse , La Scène, Spectacles Danse

Noetic de Sidi Larbi Cherkaoui à La Villette

Plus de détails

Paris. Grande Halle de la Villette. 02-VI-2016. Noetic. Chorégraphie: Sidi Larbi Cherkaoui. Musique: Szymon Brzoska. Direction musicale: Henrik Schaefer. Scénographie: Antony Gormley. Costumes: Les Hommes. Lumières: David Stokholm. Dramaturgie: Adolphe Binder. Musique enregistrée: Le Göteborg Opera Orchestra. Musique live: Shogo Yoshii, Miriam Andersen (chanteuse). Assistants chorégraphie: James O’Hara, Helder Seabra, Elias Lazaridis. Avec les danseurs du GöteborgsOperans Danskompani.

Noetic cBengt Wanselius revient à la Villette avec un double programme, Noetic et Fractus V. Créé en 2015 pour la compagnie suédoise GöteborgsOperans Danskompani, Noetic nous plonge dans un univers futuriste et scientifique mais qui reste profondément humain.

Pour cette création, le chorégraphe belge d’origine marocaine a pris comme point de départ la révélation de l’astronaute Edgar Dean Mitchell lors de son voyage de retour de la Lune à la Terre. De cette perspective extra-terrestre, il lui apparaît que la science objective ne suffit pas pour comprendre le monde qui nous entoure mais que la conscience et la subjectivité sont essentielles. Cette révélation l’a conduit à créer l’Institute of Noetic Sciences en 1973. Cherkaoui, fasciné par cette science qui tend à une plus grande connexion entre l’esprit et le corps, en a extrait la théorie selon laquelle « nos émotions produisent constamment nos mouvements et nos mouvements produisent nos émotions ». Dans Noetic, les danseurs jouent avec l’espace qu’ils modulent et rendent malléable grâce aux bandes de carbone conçues par le sculpteur et plasticien britannique Antony Gormley, qui de lignes droites et géométriques, deviennent des courbes, puis s’emboitent pour former une sphère, à l’image du globe terrestre.

La danse se caractérise par une grande fluidité et une alternance entre des ensembles harmonieux en mouvement perpétuel et des soli saccadés, où les danseurs se contorsionnent comme si leurs jambes, devenues soudain en coton, refusaient de les porter. Les soli masculins empruntent des mouvements au hip-hop, avec des passages au sol physiques mais tout en aisance et souplesse. Le spectateur a l’impression d’être en apesanteur, dans un monde parallèle, un peu à la Matrix, que semble évoquer le cuir des robes des danseuses, les costumes noir et blanc des danseurs et le blanc lumineux du plateau vide.

Noetic
L’impression d’univers aseptisé est renforcée par les textes de Jason Silva et Randy Powell, récités en anglais par les danseurs, où l’on capte des phrases comme « les nombres sont réels » et des références à une réalité « tridimensionnelle ». Mais davantage qu’un message métaphysique ou qu’une conceptualisation aride du monde, ce qui importe ici c’est la beauté des lignes, des corps, de la musique, la joie du mouvement. Les percussions du joueur de taiko Shogo Yoshii, la voix de la chanteuse suédoise Miriam Andersen, la musique symphonique composée par Szymon Brzoska et les voix des danseurs se succèdent ou se croisent dans un ensemble très harmonieux. Au contraire d’être désincarnée, la pièce est rendue profondément humaine par les touches d’humour qui jaillissent de l’effet de décalage lorsqu’un danseur traverse la scène perché sur des talons aiguilles, ou du visage émerveillé d’une danseuse qui récite un texte abscons mais se terminant par « a wonderful thing »!
Oui, c’est une chose merveilleuse que de se laisser plonger dans cet univers futuriste et beau.

Crédits photographiques: © Bengt Wanselius

Plus de détails

Paris. Grande Halle de la Villette. 02-VI-2016. Noetic. Chorégraphie: Sidi Larbi Cherkaoui. Musique: Szymon Brzoska. Direction musicale: Henrik Schaefer. Scénographie: Antony Gormley. Costumes: Les Hommes. Lumières: David Stokholm. Dramaturgie: Adolphe Binder. Musique enregistrée: Le Göteborg Opera Orchestra. Musique live: Shogo Yoshii, Miriam Andersen (chanteuse). Assistants chorégraphie: James O’Hara, Helder Seabra, Elias Lazaridis. Avec les danseurs du GöteborgsOperans Danskompani.

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.