À emporter, CD, Musique de chambre et récital

L’effervescence créatrice des années 20 avec les frères Tchalik

Plus de détails

Ottorino Respighi (1879-1936) : Sonate pour violon et piano en si mineur ; Leoś Janáček (1854-1928) : Sonate pour violon et piano ; Boris Lyatoshynsky (1895-1968) : Sonate pour violon et piano op. 19 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Sonate pour violon et piano en sol majeur. Gabriel Tchalik, violon ; Dania Tchalik, piano. 1 CD Alkonost. Enregistré à la Salle Colonne à Paris en janvier 2016. Durée : 82:09

 

Europe 1920Le monde musical européen au cours des années 1920 brillait de mille feux grâce à une incessante activité créatrice et interprétative, grâce à une curiosité tous azimuts et à une inventivité rarement rencontrée à ce haut degré de réalité. Cette dynamique porteuse et féconde a inspiré le programme sélectionné par les frères Dania et .

Parmi les partitions composées autour des années 1920, le duo violon et piano nous propose leur interprétation de la Sonate en sol majeur que travailla entre 1923 et 1927 et créa au piano avec au violon, salle Erard à Paris en mai 1927. La proximité de Bartók explique une certaine raideur des accents, un dépouillement appuyé des sonorités plutôt inusitées chez le Français. Les Tchalik la lisent bien dans cet esprit qui correspond à une certaine rigueur parfaitement compatible avec leur jeu. Respighi dont on connaît bien les musiques orchestrales très colorées est représenté par une Sonate en si mineur de 1917 dépourvue en grande partie de la sensualité de son orchestre.

Le Morave , merveilleux créateur et habituellement auteur de musiques heurtées et d’abord parfois difficile dans le registre de la musique de chambre écrivait : « J’ai écrit la Sonate pour violon et piano en 1914, au printemps, alors que nous attendions l’arrivée des Russes. » Les interprètes en soulignent avec précision et détermination la passion (Ouverture con moto), le lyrisme (Ballada), le thème du destin inspiré de l’opéra Katya Kabanova (Allegretto) et l’expressivité sauvage (Finale). La Sonate op. 19 de Boris Lyatoshynski, compositeur ukrainien notable mais peu fréquenté hors des frontières de l’empire russe, met en avant une esthétique redevable de l’école classique russe (Rimski-Korsakov, Borodine, Glazounov, Tchaïkovski) dénuée toutefois d’exubérance bien que teintée de nationalisme et de folklore.

Une plongée instructive, et à l’occasion révélatrice, dans le foisonnant monde musical de l’Europe autour de ces années 1920.

Plus de détails

Ottorino Respighi (1879-1936) : Sonate pour violon et piano en si mineur ; Leoś Janáček (1854-1928) : Sonate pour violon et piano ; Boris Lyatoshynsky (1895-1968) : Sonate pour violon et piano op. 19 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Sonate pour violon et piano en sol majeur. Gabriel Tchalik, violon ; Dania Tchalik, piano. 1 CD Alkonost. Enregistré à la Salle Colonne à Paris en janvier 2016. Durée : 82:09

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.