Danse , La Scène, Spectacles Danse

Spectacle de l’école de danse : un 40e anniversaire réussi

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 1-IV-2017. Spectacle de l’école de danse. Divertimento n°15. Chorégraphie : George Balanchine. Réglée par Nanette Glushak. Musique : Wolfgang Amadeus Mozart, Divertimento n°15 en si bémol majeur K 287. The Vertiginous Thrill of Exactitude. Chorégraphie : William Forsythe. Réglée par Aaron Watkin. Musique : Franz Schuber, Allegro Vivace extrait de la Symphonie n°9 en ut majeur D944. Costumes: Stephen Galloway. Raymonda, Acte III. Chorégraphie : Rudolf Noureev, d’après Marius Petipa. Musique : Alexandre Glazounov. Costumes : Xavier Ronze. Direction musicale : Marius Stieghorst. Avec les élèves de l’école de danse de l’Opéra de Paris.

Raymonda cFrancette LevieuxCette année, a placé la barre haut pour ce 40e anniversaire, avec deux nouvelles entrées au répertoire de l’école, et non des moindres : Divertimento n°15 de Balanchine et The Vertiginous Thrill of Exactitude de Forsythe. Le programme se clôt en beauté avec un superbe troisième acte de Raymonda, magistralement exécuté par les jeunes danseurs.

Les petits rats nous ont ébloui dans l’acte III de Raymonda, dans la version de Noureev réglée spécialement pour eux par Elisabeth Platel, Carole Arbo et notamment, qui ont pris soin d’en gommer certaines difficultés techniques inutiles. Le décor tout en majesté et les lumières mordorées, comme si les lustres à bougies éclairaient véritablement la scène, nous permettent de pénétrer d’emblée dans un univers onirique et emprunt d’Orient. L’entrée d’Abderam, interprété par Loup Marcault-Derouard, est majestueuse. Le jeune danseur marque de sa présence, s’imposant avec naturel et sans excès. Le duo Raymonda/Jean de Brienne est interprété par Margaux Gaudy-Talazac et Milo Avêque. Si on cherche de la graine d’étoile, en voilà ! Margaux Gaudy-Talazac ne se laisse pas impressionner par la scène de Garnier et incarne une Raymonda tout en élégance mais sans arrogance, délicate, à la technique extrêmement précise et assurée et avec déjà de vraies qualités d’interprète. Sa variation de la claque, l’une des plus attendues et difficiles du ballet, est superbe d’élégance et de grâce, avec un zeste de candeur charmant. Milo Avêque est un bon partenaire, à la technique prometteuse mais, sans doute plus sujet au stress, il reste tendu et plus sur la réserve.
Le jeune corps de ballet n’est pas en reste. On décèle des jeunes filles avec du tempérament comme les solistes Margherita Venturi et Bleuenn Battistoni.

ForsythePour l’entrée au répertoire de l’école de danse d’une pièce de Forsythe, ce Vertiginous Thrill of Exactitude est une vraie réussite ! On est étonné par l’assurance et l’audace des jeunes danseurs en scène, qui loin de se laisser déstabiliser par le style de Forsythe, montrent un réel plaisir à le danser, plaisir qui se communique au public. Les garçons Alexandre Baccara et Daniel Lozano-Martin, surmontent les difficultés techniques avec virtuosité et brio. Les filles s’en sortent bien, malgré de petites imprécisions.

Enfin revenons à la première pièce de la soirée, Divertimento n°15 de Balanchine, sur une musique de Mozart. La technique de Balanchine était un peu moins bien maîtrisée par les danseurs et danseuses de l’école que dans les deux autres parties du programme, ce qui leur donnaient l’air plus jeunes, presque maladroits parfois. Plusieurs petites erreurs se sont fait remarquer et on ressentait globalement moins d’assurance, ce qui se traduisait par une certaine raideur dans le haut du corps. Néanmoins, certaines difficultés comme les pirouettes deux tours sur pointes étaient parfaitement exécutées.

De manière générale, ce spectacle qui fêtait le quarantième anniversaire des spectacles de l’école de danse de l’opéra ainsi que les trente ans de son installation à Nanterre, est une réussite qui confirme l’excellence de la formation.
À noter que les élèves de l’école de danse danseront à nouveau l’acte III de Raymonda à l’occasion du gala des écoles de danse du XXIe siècle qui aura lieu le 7 avril.

Crédits photographiques : © Franquette Levieux/ONP.

Plus de détails

Paris. Palais Garnier. 1-IV-2017. Spectacle de l’école de danse. Divertimento n°15. Chorégraphie : George Balanchine. Réglée par Nanette Glushak. Musique : Wolfgang Amadeus Mozart, Divertimento n°15 en si bémol majeur K 287. The Vertiginous Thrill of Exactitude. Chorégraphie : William Forsythe. Réglée par Aaron Watkin. Musique : Franz Schuber, Allegro Vivace extrait de la Symphonie n°9 en ut majeur D944. Costumes: Stephen Galloway. Raymonda, Acte III. Chorégraphie : Rudolf Noureev, d’après Marius Petipa. Musique : Alexandre Glazounov. Costumes : Xavier Ronze. Direction musicale : Marius Stieghorst. Avec les élèves de l’école de danse de l’Opéra de Paris.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.