À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

La Hammerklavier miraculeuse de Murray Perahia

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour piano op. 106 « Hammerklavier » ; Sonate pour piano op. 27 n° 2 « Clair de lune ». Murray Perahia, piano. 1 CD Deutsche Grammophon. Enregistrement réalisés à Berlin en novembre 2016 et juillet 2017. Notice trilingue : anglais, allemand, français. Durée : 55:38

 

71DJ8q0xSIL._SL1200_Désormais septuagénaire, effectue un fabuleux retour à la scène et au disque après avoir surmonté des problèmes de santé. Si la « Clair de lune » est un modèle d’équilibre et de grâce, c’est surtout sa « Hammerklavier », à la fois pleine d’énergie et d’un classicisme parfait, qui s’impose au sommet de la discographie.

Le retour de au disque, sous l’étiquette jaune désormais, se révèle tout bonnement miraculeux. Après des Suites françaises de Bach somptueuses, le voici qui nous livre deux sonates de Beethoven inédites dans sa discographie, et non des moindres. Il vaut mieux, à notre sens, commencer l’écoute de ce disque par la Sonate « Clair de lune », d’un galbe parfait, d’un équilibre des proportions miraculeux et d’une beauté plastique absolue. L’œuvre, pourtant tant rabâchée, y gagne une fraîcheur et une pureté nouvelles qui nous éblouissent comme si nous la découvrions.

Mais le grand moment de ce CD est l’interprétation de la « Hammerklavier », ce monument sur lequel tant de grands pianistes se sont cassé les dents. Perahia en livre une lecture d’une grande clarté, d’un élan irrésistible dans le premier mouvement avec son entame héroïque et grandiose, et d’une intensité prenante dans l’adagio – dont il ne cherche pas à ralentir le tempo comme s’il s’agissait d’un adagio de Bruckner avant la lettre. Ici, le mouvement avance toujours malgré l’intensité de son recueillement. Quant à la redoutable fugue finale, il parvient à en démêler l’écheveau contrapuntique avec une clarté réelle, en dépit de la terrible densité de l’écriture. À l’opposé du génial et hypnotique Sokolov chez le même éditeur (comparez les deux adagios : 16:21 pour Perahia, contre 21:14 pour Sokolov !), Perahia affirme la perfection du classicisme dans cette interprétation nouvelle de ces sonates, un ajout de taille à sa discographie. Le seul regret ne concerne que la brièveté d’un CD réellement somptueux, que l’on aurait bien aimé complété par une autre sonate.

(Visited 2 161 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Sonate pour piano op. 106 « Hammerklavier » ; Sonate pour piano op. 27 n° 2 « Clair de lune ». Murray Perahia, piano. 1 CD Deutsche Grammophon. Enregistrement réalisés à Berlin en novembre 2016 et juillet 2017. Notice trilingue : anglais, allemand, français. Durée : 55:38

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.