La Scène, Opéra, Opéras

Avec Anna Netrebko, Macbeth sans éclats au Royal Opera House

Plus de détails

London. Royal Opera House. 25-III-2018. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Macbeth, opéra en quatre actes sur un livret de Francesco Maria Piave et Andrea Maffei, d’après la tragédie de William Shakespeare. Mise en scène : Phyllida Lloyd. Décors & Costumes : Anthony Ward. Lumières : Paule Constable. Chorégraphie : Michael Keegan-Dolan. Avec : Željko Lučić, Macbeth ; Anna Netrebko, Lady Macbeth ; Ildebrando D’Arcangelo, Banquo ; Yusif Eyvazov, Macduff ; Francesca Chiejina, Lady ; Konu Kim, Malcolm ; Simon Shibambu, docteur. Royal Opera Chorus (chef de chœur : William Spaulding). Orchestra of the Royal Opera House, direction musicale : Antonio Pappano

Attendu comme l’un des événements lyriques de la saison, le Macbeth de Verdi au Royal Opera House de Londres laisse un goût amer, tant par le chant plus que décevant que par une mise en scène vieille de seize ans pour laquelle ce revival n’était pas nécessaire. ne parvient plus à contrôler la largeur de sa voix pour Lady Macbeth, quand n’a définitivement plus rien à raconter dans le rôle-titre.

Les pays anglo-saxons ne sont pas réputés pour le dynamisme de leurs productions scéniques, pourtant La Maison des Morts de la veille avait aiguisé notre appétit pour ce qui s’annonçait comme l’une des grandes représentations lyrique de l’année, avant tout par la présence de la soprano , exceptionnelle Lady Macbeth à Munich puis au Metropolitan Opera de New-York quatre ans plus tôt, encore magnifique en 2016 à la Bayerische Staatsoper.

Depuis, son chant s’est chaque année un peu plus élargi, et s’il est évident qu’il ne faut pas une voix fluette pour ce rôle très difficile, il faut encore pouvoir aborder avec souplesse toutes les vocalises écrites par Verdi au début de sa période de maturité. L’ajout de l’air La luce Langue pour Paris vingt ans plus tard procure sans doute l’un des plus beaux moments de cette soirée londonienne, avec le superbe Una macchia è qui tuttora ! à l’acte IV. Pour le reste, la voix manque maintenant d’agilité dans toutes les parties belcantistes et si la lecture de la lettre surprend déjà par le timbre de la chanteuse encore plus sombre qu’auparavant, l’air ensuite manque de contrôle dans la puissance de la voix.

Malheureusement, Netrebko n’est pas particulièrement aidée par des partenaires qu’elle dépasse tous, à commencer par le Macbeth sonore mais encore plus gris et neutre qu’auparavant de . On regrette qu’il n’ait été remplacé par le Banquo du soir, la star Ildebrando D’Arcangelo, lui aussi cependant quelque peu en difficulté dès son air d’entrée à cause d’un style vocal peu adapté au rôle. Évidemment, la chanteuse a également imposé son mari Yusif Eyvasov, parfois seulement en seconde distribution, comme l’an prochain sur cette même scène dans Forza del Destino, mais ici bien présent pour un Macduff sans la moindre finesse, bien loin de l’exceptionnel Joseph Calleja, ou même de la délicatesse d’un Jean-François Borras. Il ne reste alors qu’à se consoler avec la Lady de , d’une belle couleur dans le bas-médium, et le Dottore aux graves profonds de . scéniquement livre un Duncan correct et un Malcolm engagé, tandis que le jeune offre un beau fils à Banquo.

MACBETH DRESS REHEARSAL_ ROH Covent Garden,Macbeth; Zeljko Lucic,Lady Macbeth; Anna Netrebko, Banquo; Ildebrando D’Arcangelo,Macduff; Yusif Eyvzov,Lady in Waiting; Francesca Chiejina, Malcolm; Konu Kim,Doctor; Simon

Arrivé après avoir passé de nombreuses années à la Deutsche Oper Berlin, s’est déjà fait oublier de la capitale allemande tant son remplaçant anglais, l’excellent Jeremy Bines en provenance de Glyndebourne, a fait exploser la qualité du chœur germanique. Spaulding a donc fort à prouver à Covent Garden, et ce n’est pas cette prestation du qui le lui permettra. Car rarement le Chœur a été entendu aussi peu en place, dès l’apparition des sorcières au I, ni aussi peu chaleureux, pas vraiment aidé non plus par la direction en manque d’accents d’. Le chef connaît certes son Verdi, mais il semble ajouter à son goût pour la lenteur le besoin de soutenir en permanence par des tempi allongés les deux artistes principaux du plateau. L’orchestre bénéficie tout de même de belles couleurs dans les cordes et certains bois, notamment un magnifique basson solo.

Pour cet événement lyrique, pas de nouvelle mise en scène, mais la reprise d’une production vieille de seize ans de Phyllida Lloyd, créée au Royal Opera House l’année de la prise de fonction du directeur musical encore en fosse aujourd’hui. Remise au goût du jour par Daniel Dooner, la proposition associe des décors massifs et dorés à des costumes traditionnels, dont ceux, dorés eux-aussi à l’occasion, de Macbeth et sa femme. À droite de la scène, un robinet en guise de fontaine a la mauvaise idée de couler à grand bruit sans pouvoir être véritablement arrêté ensuite. À part la notion christique utilisée dès la mort du roi à l’acte I jusqu’à la scène finale (avec le chœur du Vittoria ! composé pour Paris), aucune véritable idée ne vient émailler cette représentation, au moment même où l’Opéra de Lyon reprenait son intéressante et questionneuse production d’Ivo van Hove.

Sans doute est-ce aussi cela la magie à l’opéra : les stars ne font pas toujours des grands soirs !

Crédits photographiques : © ROH PHOTO BY Bill Cooper

Plus de détails

London. Royal Opera House. 25-III-2018. Giuseppe Verdi (1813-1901) : Macbeth, opéra en quatre actes sur un livret de Francesco Maria Piave et Andrea Maffei, d’après la tragédie de William Shakespeare. Mise en scène : Phyllida Lloyd. Décors & Costumes : Anthony Ward. Lumières : Paule Constable. Chorégraphie : Michael Keegan-Dolan. Avec : Željko Lučić, Macbeth ; Anna Netrebko, Lady Macbeth ; Ildebrando D’Arcangelo, Banquo ; Yusif Eyvazov, Macduff ; Francesca Chiejina, Lady ; Konu Kim, Malcolm ; Simon Shibambu, docteur. Royal Opera Chorus (chef de chœur : William Spaulding). Orchestra of the Royal Opera House, direction musicale : Antonio Pappano

Mots-clefs de cet article
  • El Cantor

    En lieu et place de ressasser votre aigreur, vous auriez pu vous pencher sérieusement sur la biographie de William Spaulding ! Un amateur aussi ! Et puis Antonio Pappano, l’un des meilleurs chefs du monde, un mauvais aussi. Resmusica se ridiculise de publier de tels articles ! Au lieu de courir les places presses vous pourriez un peu plus travailler vos partitions et écouter surtout !

    • Christophe Vetter

      Oui, ce critique fait décidément des papiers d’une constante médiocrité…

    • Vincent Guillemin

      Bonjour Madame ou monsieur,

      Je ne commenterai pas le début de votre commentaire, puisque vous parlez d’un spectacle dont vous ne semblez avoir entendu la moindre note, et m’expliquez simplement que j’aurais dû encenser sans condition les grands noms du programme, alors que je traite de musique.

      Sachez juste pour information que la représentation de cette version couramment jouée en 2h40 a duré près de 3h, ce qui nous a surpris dès le timing de 3h30 avec entracte donné dans le programme avant la représentation. Cela peut vous donner une idée du rythme…et donc de la dynamique.

      Quant à penser que Pappano est un des meilleurs chefs au monde, vous voulez sans doute faire référence à mon article de cette saison de Sémiramide, dans lequel je juge sa direction exceptionnelle?
      https://www.resmusica.com/2017/11/25/semiramide-des-grands-soirs-avec-joyce-didonato-au-royal-opera-house/

      ou alors vous évoquiez mon article encenseur de sa direction d’Otello sous Kaufmann en juin (visiblement je suis tombé sur le meilleur soir, car d’après des amis présents à toutes les représentations, le premier acte avait été particulièrement dynamique pour cette dernière de Kaufmann, et avait forcé le ténor à sortir de son confortable contrôle vocal habituel) :
      https://www.resmusica.com/2017/07/13/lotello-hors-style-de-jonas-kaufmann-au-royal-opera-house/

      A moins que vous ne parliez d’un autre article de ma part parmi les nombreux écrits sur ce chef…

  • Eusebius

    « On regrette qu’il n’ait été remplacé par le Banquo du soir, la star Ildebrando D’Arcangelo, lui aussi cependant quelque peu en difficulté dès son air d’entrée à cause d’un style vocal peu adapté au rôle. »
    Pardon ?
    Donc Ildebrando D’Archangelo, qui est baryton-basse, aurait du chanter le rôle de Macbeth, pour baryton lyrique (donc une tessiture bien plus tendue) ?
    Ildebrando D’Archangelo aurait un « style vocal peu adapté au rôle » ? Les artistes ont tous des faiblesses, mais de là à écrire qu’un chanteur qui a enregistré 3 fois le Requiem de Verdi (avec Harnoncourt, Gergiev et Dudamel), qui sera prochainement Philippe II (Don Carlos) à Berlin, qui a été ces dernières saisons Banco à Los Angeles, Madrid et Munich, donc de là à écrire qu’il a un « style vocal peu adapté au rôle » … Ou alors argumentez plus. Et mieux.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.