À emporter, CD, Musique d'ensemble

Troisième volume consacré aux œuvres avec instruments à vent de Hovhaness

Plus de détails

Alan Hovhaness (1911- 2000) : Tapor n° 1 op. 14 ; Mountain under the sea op. 392 ; 3 improvisations on folk tunes op. 248/2 ; Vision on a starry night op. 384 ; October mountain op. 135 ; Hymn to Yerevan op. 83 ; Meditation on Ardalus op. 156/2 ; The ruins of Ani op. 250/1 ; Overture to the burning house op. 185a ; Suite for band op. 15. Central Washinghton University Wind ensemble, direction : Larry Gookin, Keith Brion, Mark Goodenberger. 1 CD Naxos. Enregistré du 10 au 12 avril 2014 au McIntyre Music Building Concert Hall, Washington. Livret en anglais. Durée : 58:01

 

Hovhaness est encore peu connu en France. Cette parution comble très partiellement cette lacune.

Les formations orchestrales inattendues employées pour ces pièces par Hovhaness – hormis le brass band – parlent d’elles-mêmes : saxophone alto, percussion, harpe ; flûte, harpe, percussions ; sextuor de percussions ; huit clarinettes ; flûte et quatuor de percussions. Et c’est cette alliance originale de timbres, liée à une inspiration inédite, qui nous fait regretter l’ignorance quasi totale de cette œuvre gigantesque (voyez les numéros d’opus) en dehors des États-Unis, et particulièrement de Seattle où le compositeur est décédé.

Jamais on ne qualifiera cette musique d’intellectuelle ou de folklorique. Ses multiples influences : l’Arménie, le Japon, l’Inde, l’Indonésie, la Renaissance, etc. sont baignées d’une spiritualité désarmante de simplicité. Parfois violemment méprisé, car jugé justement trop « simpliste », Hovhaness n’a jamais dévié de sa ligne directrice. Touche-à-tout surprenant, il nous emmène dans des mondes rêvés, dans un folklore imaginaire, dans des harmonies et des rythmes, dans des mélodies qui n’appartiennent qu’à lui et où l’on aura toutes les difficultés de se raccrocher à quelque chose de déjà existant.

Aussi, malgré la rareté des publications et leur lenteur à venir sur le marché (ce disque a mis quatre ans à sortir !), chaque publication consacrée à Hovhaness est un mini-événement, d’autant plus lorsque des inédits y figurent. C’est le cas ici pour trois de ces pièces.

Les interprétations entendues montrent un réel engagement pour cette œuvre, une volonté artistique sans faille d’une formation de très jeunes interprètes défendue par des maîtres reconnus. Il faudra encore bien longtemps avant d’avoir une vision assez globale pour prendre conscience de l’importance d’ dans l’histoire de la musique. Mais c’est bien cet objectif qui nous stimule.

Plus de détails

Alan Hovhaness (1911- 2000) : Tapor n° 1 op. 14 ; Mountain under the sea op. 392 ; 3 improvisations on folk tunes op. 248/2 ; Vision on a starry night op. 384 ; October mountain op. 135 ; Hymn to Yerevan op. 83 ; Meditation on Ardalus op. 156/2 ; The ruins of Ani op. 250/1 ; Overture to the burning house op. 185a ; Suite for band op. 15. Central Washinghton University Wind ensemble, direction : Larry Gookin, Keith Brion, Mark Goodenberger. 1 CD Naxos. Enregistré du 10 au 12 avril 2014 au McIntyre Music Building Concert Hall, Washington. Livret en anglais. Durée : 58:01

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.