Déroutant coffret souvenir de la dernière tournée asiatique de Rattle et des Berlinois

À emporter, CD, DVD, Musique symphonique

Richard Strauss (1864-1949) : Don Juan. Béla Bartók (1881-1845) : Concerto pour piano et orchestre n° 2. Johannes Brahms (1833-1897) : Symphonie n° 4. Igor Stravinsky (1882-1971) : Petrouchka. Uksuk Chin (née en 1961) : Choros Chordon. Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : Symphonie n° 3. Maurice Ravel (1875-1937) : Concerto en sol. Yuja Wang, piano (Bartók) ; Seong Jin Cho, piano (Ravel) ; Berliner Philharmoniker ; direction : Sir Simon Rattle. Enregistrements réalisés à Tokyo les 24 et 25 novembre 2017 et Berlin le 4 novembre 2017 (Ravel). 5CD + 1 DVD des mêmes œuvres captées à HongKong, Wuhan et Séoul les 10, 13 et 20 novembre 2017. Notice en allemand et anglais. Durée : 3:37:21

 

asia tourLe coffret de la dernière tournée asiatique de Sir avec l’ en novembre 2017 est luxueux mais laisse perplexe. 

Curieux objet en vérité. Par son format improbable, boîte allongée comme les précédentes parutions du label de la Philharmonie de Berlin, énorme livret de présentation illustré de nombreuses et peu séduisantes photographies façon album de voyage, accompagnées d’un texte uniquement en allemand et en anglais. Par son contenu, cinq CD peu remplis (le dernier dure 26’37’’) qui auraient aisément tenu en trois disques seulement, censés illustrer la dernière tournée asiatique de Sir Simon et son orchestre.

Or le concerto de Ravel a été enregistré à Berlin, tandis que les quatre autres CD ont été captées au Suntori hall de Tokyo et qu’un DVD reprend les mêmes œuvres mais cette fois tirées d’autres concerts de la même tournée (HongKong, Wuhan et son auditorium doré sur tranche, Séoul). Seuls les bis des deux solistes diffèrent. Avouons que l’on se demande à qui est destiné un produit aussi hétéroclite… Sans doute au public asiatique en effet, car tout est fait pour flatter son goût.

Recours à deux solistes d’Extrême-Orient, , chinoise, pour le Concerto n° 2 de Béla Bartók, belle occasion de montrer une technique d’acier (et, évidemment, une tenue particulièrement spectaculaire, robe fendue jusqu’en haut des cuisses, talons vertigineux) et, sans doute plus intéressant musicalement, le coréen , premier prix du concours Chopin de Varsovie 2015 dans le Concerto en sol de . L’accueil triomphal qui leur est réservé, et dont témoigne le DVD, reflète bien leur statut de star dans leurs pays respectifs. Il en va de même pour la compositrice coréenne dont le brillant Choros Chordon est justement une commande des Berliner Philharmoniker.

Surtout, cet album suscite une forte interrogation purement esthétique : que le répertoire soit manifestement celui qui convient à Sir Simon, on n’en doute pas. Qu’il tombe le mieux dans le style de l’orchestre, rien de moins sûr. Que ce soit Ravel ou Bartók, l’interprétation est évidemment impeccable techniquement, mais trop engoncée pour libérer les œuvres d’une lecture rigoureuse. De même, Petrouchka est virtuose, brillantissime, mais sonne comme un brillant morceau de concert, sans véritable puissance narrative. Restent les trois œuvres dans lesquelles on attendait le plus les berlinois. Le Don Juan de Strauss est éclatant mais à la surface des notes, sans que la formidable puissance expressive de ce chef-d’œuvre juvénile se libère jamais, la Symphonie n° 4 de Brahms somptueuse, s’appuyant sur des cordes aux harmonies profondes caractéristiques de l’orchestre, et surtout, la bonne surprise vient de la Symphonie n° 3 de Sergueï Rachmaninov où l’alchimie entre le chef et l’orchestre fonctionne parfaitement, réhabilitant cette grande page mal aimée de façon éblouissante (avec une mention particulière pour l’intervention transcendante d’ dans le finale). C’est peu néanmoins pour recommander pleinement ce curieux objet discographique.

Pour sa tournée d’adieux européenne (qui, fait tristement révélateur, n’a pas fait escale en France), Sir Simon avait inscrit la Symphonie n° 9 de Bruckner avec son finale au programme, tandis que pour ses adieux berlinois, il programmait la Sixième de Mahler. Deux œuvres qui mettaient certainement mieux en valeur les qualités et de l’orchestre et de son chef et qu’on espère retrouver à leur tour en CD et/ou DVD.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.