À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Passionnant Billy Budd en provenance de Madrid

Plus de détails

Benjamin Britten (1913-1976) : Billy Budd. Mise en scène : Deborah Warner. Décors : Michael Levine. Costumes : Chloe Obolensky. Lumières : Jean Kalman. Avec : Toby Spence, Edward Fairfax Vere ; Jacques Imbrailo, Billy Budd ; Brindley Sherratt, John Claggart ; Thomas Oliemans, Mr Redburn ; David Soar, Mr Flint ; Torben Jürgens, Lieutenant Ratcliffe ; Christopher Gillett, Red Whiskers ; Duncan Rock, Donald ; Clive Bayley, Dansker ; Sam Furness, Novice ; Francisco Vas, Squeak ; Manel Esteve, Bosun ; Gerardo Bullón, First Mate ; Tomeu Bibiloni, Second Mate ; Jordi CasanovaMaintop ; Borja Quiza, The Novice’s Friend ; Isaac Galán, Arthur Jones. Chœur et orchestre du Teatro Real de Madrid (chef de chœur : Andrés Máspero), direction : Ivor Bolton. 2 DVD BelAir Classiques. BAC 154. Enregistré au Teatro Real de Madrid en septembre 1947. Durée : 174 minutes

 

Billy-Budd-DVD-bel airLe Teatro Real de Madrid est désormais bien présent sur le marché du DVD. Après, entre autres, I Puritani, Le Vaisseau fantôme et Lucia Silla, vient de sortir une passionnante captation de Billy Budd.

Célèbre interprète du répertoire baroque, mozartien émérite, on ne l’attendait pas forcément avec Britten. Mais nous livre une lecture magistrale de Billy Budd. Soucieux du moindre détail instrumental, il fait ressortir toute les richesses de cette orchestration haute en couleurs. Quelle tendresse, quelle poésie – mais aussi : quelle tension ! Car, malgré la beauté apparente du tissu orchestral, l’atmosphère opprimante qui règne en cette opéra est sensible à tout moment.

Heureusement, la distribution évolue sur les mêmes hauteurs. Ainsi, est un Billy Budd rien moins qu’idéal. Jeune et beau comme il faut, il exhibe une voix de velours. Son chant nuancé et raffiné touche droit au cœur. A ses côtés, est un superbe Claggart, dont l’apparence soignée cacherait presque la noirceur de l’âme. De sa voix sombre et puissante, capable néanmoins d’inquiétantes demi-teintes, il domine sans aucune difficulté la tessiture du rôle. enfin, dont le timbre n’est pas sans rappeler le grand , campe Vere tout en nuances. S’il manque, par moments, un peu de vaillance, il incarne à merveille ce capitaine déchiré entre devoir et émotion. Signalons, par ailleurs, l’excellent niveau des nombreux rôles secondaires dont se détachent plus particulièrement le vaillant Squeak de et le touchant Dansker de .

Tout ce petit monde est soigneusement dirigé par la metteure en scène britannique . On peut, certes, regretter l’approche atemporelle alors que le livret cite expressément l’année 1797 –  sans parler des nombreuses allusions à l’ennemi qui est la France révolutionnaire. La subtile caractérisation des personnages, la qualité de la direction d’acteur et la poésie des éclairages finissent cependant par convaincre. La production sera d’ailleurs reprise en 2019 au Royal Opera House de Londres.

Plus de détails

Benjamin Britten (1913-1976) : Billy Budd. Mise en scène : Deborah Warner. Décors : Michael Levine. Costumes : Chloe Obolensky. Lumières : Jean Kalman. Avec : Toby Spence, Edward Fairfax Vere ; Jacques Imbrailo, Billy Budd ; Brindley Sherratt, John Claggart ; Thomas Oliemans, Mr Redburn ; David Soar, Mr Flint ; Torben Jürgens, Lieutenant Ratcliffe ; Christopher Gillett, Red Whiskers ; Duncan Rock, Donald ; Clive Bayley, Dansker ; Sam Furness, Novice ; Francisco Vas, Squeak ; Manel Esteve, Bosun ; Gerardo Bullón, First Mate ; Tomeu Bibiloni, Second Mate ; Jordi CasanovaMaintop ; Borja Quiza, The Novice’s Friend ; Isaac Galán, Arthur Jones. Chœur et orchestre du Teatro Real de Madrid (chef de chœur : Andrés Máspero), direction : Ivor Bolton. 2 DVD BelAir Classiques. BAC 154. Enregistré au Teatro Real de Madrid en septembre 1947. Durée : 174 minutes

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.