À emporter, CD, Musique d'ensemble

Jordi Savall et les Nations de Couperin, le retour

Plus de détails

François Couperin (1668-1733) : Les Nations. Hespérion XX. Monica Huggett et Chiara Banchini, violons. Ton Koopman, clavecin. Hopkinson Smith, théorbe. Stephen Preston, flûte. Michel Henry et Ku Ebbinge, hautbois. Claude Wassmer, Basson. Jordi Savall, basse de viole et direction. 2 SACD AliaVox. Enregistré au château de Fléville en mai 1983. Livret multilingue français, anglais, espagnol, catalan, allemand et italien. Durée totale : 109:56

 

couperin_savall_aliavox

La parution des Nations de Couperin par en réédition chez Aliavox présente tout à fait l’aspect d’une nouveauté, non seulement sur le plan visuel grâce à une pochette très soignée, mais aussi musicalement, tant cet enregistrement vieux de 35 ans n’a pas pris une ride.

C’est effectivement lorsque l’on ouvre cet album que l’on découvre les photos en noir et blanc des interprètes au moment de la production en 1983 pour le label Astrée. On avait peut-être un peu oublié cette version qui avec le recul nous parait d’une actualité déconcertante. Oui, déjà au début des années 80, l’interprétation de la musique de Couperin avait atteint des sommets avec ces musiciens-là. Depuis, d’autres versions ont vu le jour certes, mais celle-ci apporte tout en matière d’esprit musicologique, de technique instrumentale et d’agogique musicale. À la fin des années 60, les discophiles amateurs de musique ancienne découvraient Les Nations de Couperin grâce à l’ensemble Alarius de Bruxelles qui deviendra par la suite La Petite bande des frères Kuijken. Bien sûr, et son équipe furent en contact avec ces musiciens, par l’intermédiaire de la Schola Cantorum Basiliensis où ils côtoyaient tous ces pionniers. Fort de cette idée fédératrice et en hommage à , baptisa par la suite son ensemble orchestral Le Concert des Nations.

Les Nations de offrent ce que l’on appelait « Les goûts réunis », entre les différents courants musicaux européens. Les titres en témoignent, chacun représentant un pays. Couperin est censé s’inspirer du style de chacun d’eux, et même si l’écriture de style français domine tout au long de l’œuvre, on note les influences étrangères et en particulier dans cette Impériale évoquant l’Allemagne, dont Jordi Savall nous confie que son écriture est digne de Bach. Ce dernier d’ailleurs avait bien remarqué ces qualités puisque il fit une transcription pour orgue du trio « Légèrement« .

L’orchestration des Nations est savante, riche de couleurs et de contrastes. Jordi Savall a su s’entourer de solistes rompus aux instruments anciens tout en apportant toute leur maitrise. On est ébloui par les timbres : hautbois, violons, cordes pincées et frottées, chacun à sa place dans la palette sonore. Le déroulement de chaque suite de mouvements appelée « Ordre » propose les danses habituelles depuis les gigues et bourrées endiablées, jusqu’aux sombres et puissantes passacailles. L’équilibre sonore est total. Le continuo est savamment dosé, et depuis le clavecin et le théorbe se mêlant en harmonie avec Jordi Savall qui dirige l’ensemble depuis sa basse d’archet.

À chaque fois, la collection Aliavox s’enrichit de joyaux, qu’ils soient anciens ou récents, dans une grande constance stylistique de répertoires riches et variés. Celui-ci, remastérisé en 2018 pour le format SACD, est d’une parfaite limpidité.

Plus de détails

François Couperin (1668-1733) : Les Nations. Hespérion XX. Monica Huggett et Chiara Banchini, violons. Ton Koopman, clavecin. Hopkinson Smith, théorbe. Stephen Preston, flûte. Michel Henry et Ku Ebbinge, hautbois. Claude Wassmer, Basson. Jordi Savall, basse de viole et direction. 2 SACD AliaVox. Enregistré au château de Fléville en mai 1983. Livret multilingue français, anglais, espagnol, catalan, allemand et italien. Durée totale : 109:56

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.