Première réussie pour Christopher Gibert et le chœur Dulci Jubilo

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Christopher Gibert (né en 1993) : Salve Regina ; Stabat Mater ; Nigra Sum ; Tota Pulchra es Maria ; Ave Regina Coelorum. Chœur de chambre Dulci Jubilo. Clémence Garcia, soprano ; Philippe Estèphe, baryton ; Estelle Besingrand, violoncelle ; Thomas Ospital, orgue. Direction : Christopher Gibert. 1 CD Anima Nostra. Enregistré au temple du Salin à Toulouse en avril et mai 2018. Durée : 58:34

 

Stabat Mater Christopher GibertLe jeune , qui se forge une notoriété en Occitanie, publie son premier disque avec des œuvres mariales de son chef de chœur, .

Formé de jeunes chanteurs passionnés issus de la faculté de musicologie de l’Université Toulouse-Jean Jaurès, mais aussi des conservatoires régionaux et départementaux, le chœur Dulci Jubilo a été constitué en 2013 par le jeune et prometteur chef de chœur de 25 ans, organiste et compositeur lotois, . Passionné par le chant choral et la musique sacrée, il a consacré un master à Marc-Antoine Charpentier, est organiste au sanctuaire de Rocamadour et enseigne également le chant choral au conservatoire de Montauban.

Plus qu’une carte de visite, ce disque représente en quelque sorte l’ADN du chœur, dont le répertoire s’étend de Buxtehude au XXIe siècle. Avec des pièces autour de la figure féminine de la Vierge Marie, il avoue sa filiation au festival de Rocamadour, qui en 2013 avait commandé le Salve Regina à Christopher Gibert et en 2015 le Stabat Mater. Dédiés à Marc Opstad, le chef de chœur de la Maîtrise de Toulouse, les Trois motets à la Vierge sont le fruit d’une belle complicité artistique avec , le jeune et brillant organiste de Saint-Eustache à Paris, qui assure pour chacune un commentaire improvisé à l’orgue.

Le Salve Regina est sans doute la plus célèbre des antiennes mariales, que l’on doit à Adhémar de Monteil, évêque du Puy au XIe siècle, complétée par saint Bernard de Clairvaux au XIIe. Attribué au franciscain italien Jacoppone da Todi, le Stabat Mater a été très en vogue comme séquence de la liturgie romaine dès le XIVe siècle, avec de nombreuses compositions à la fin du Moyen Âge, à la Renaissance, aux ères baroque, classique, romantique, jusqu’à aujourd’hui. Il évoque la souffrance et l’affliction de la Vierge au pied de la croix. Le texte du motet Nigra Sum est extrait du Cantique des Cantiques et la symbolique du noir transcrit la douleur de la Vierge face à la Passion. Tota pulchra es Maria fait référence à l’Immaculée conception, tandis que l’antienne Ave Regina Cœlorum peint une Vierge radieuse, racine de la terre, en qui tout renaît.

Une couleur très française

S’inscrivant dans la grande tradition de la musique française, le style de Christopher Gibert développe une richesse et une subtilité du discours harmonique, clarté et souplesse de la ligne vocale, une puissance certaine, associée à une luxuriance de l’orgue et une variété de la métrique. Il se fonde naturellement sur la base grégorienne, qui apparaît dès les premières mesures du Stabat Mater et par sa filiation à Rocamadour, il avoue pieusement une dette envers Francis Poulenc et Maurice Duruflé.

Le chœur fait montre d’une  belle homogénéité tout au long du programme, tandis que deux passages solistes de soprano (, lumineuse) et de baryton (, généreux) ponctuent le Stabat Mater.

Ce premier disque à la présentation très soignée est publié par le tout nouveau label Anima Nostra dont l’objectif est d’accompagner et aider de jeunes artistes classiques et contemporains dans la diffusion et la professionnalisation de leurs projets de création. Absent des grandes plateformes de diffusion et entièrement réalisé en France, le disque est distribué chez les disquaires indépendants et auprès de l’association.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.