L’hommage chaleureux mais un peu superficiel à Rudolf Serkin

À emporter, Biographies, Livre

Rudi, la leçon Serkin. André Tubeuf. Editions Actes Sud, Paris. 205 pages. 18 €. Février 2019

 

SERKIN-rudi-la-lecon-serkin-actes-sud-critique-annonce-livres-classiquenews-critique-piano-par-classiquenews-9782330117306

a bien connu personnellement , aussi l’hommage qu’il lui rend est-il plein d’affection et de compréhension. Mais cela ne suffit pas pour autant à percer le mystère de l’interprète comme le lecteur l’attend. 

Ce petit ouvrage d’ dresse un portrait sympathique de (1903-1991) à tel point que certains passages sur leur amitié sont presque exclusivement centrés sur André Tubeuf lui-même plus que sur le musicien…

Le livre décrit pourtant avec justesse la trajectoire personnelle de Serkin, de ses premiers concerts viennois à son exil avec les Busch fuyant devant la montée du nazisme. Mais pourquoi faut-il à cette occasion que l’hommage aux frères Busch s’accompagne d’une vilaine allusion à Furtwängler et au fait qu’il est demeuré en Allemagne ?

Plus intéressantes sont les analyses du répertoire de Serkin, aussi peu virtuose et extérieur que possible, des creux au sein même de l’œuvre des musiciens qu’il servait sans relâche. Ainsi de Brahms a-t-il joué les concertos souvent, mais l’œuvre pour piano seul quasiment jamais par exemple ; il en va presque de même de Schumann d’ailleurs, sans même parler de Chopin qu’il tint toujours à distance. Et la défense obstinée du difficile concerto de Reger figure aussi parmi les choix les plus personnels et singuliers de Serkin.

À cet égard, combien il eût été intéressant de disposer en fin du livre d’une discographie exhaustive ou du répertoire détaillé de Serkin. Reste en refermant ce petit ouvrage le sentiment qu’il approche le mystère de l’interprète sans réellement le pénétrer. Dommage, car André Tubeuf signe là un livre empreint de sympathie et de compréhension mais malheureusement non dénué de superficialité.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
  • Alain Huc de Vaubert

    Dommage car Rudolf Serkin était un immense musicien à la personnalité très attachante. Mais André Tubeuf a aussi son âge (89 ans) et ses souvenirs peuvent commencer à s’estomper. J’avais pourtant beaucoup aimé son ouvrage précédent d’il y a quelques années sur Adolf Bush « Le premier des justes », qui rendait justice à ce grand musicien d’une probité extrême, beau-père de Rudolf Serkin. .

    • Martin Antoine

      Oui Tubeuf a été un excellent « passeur » de musique mais avec le temps les défauts de son style s’accentuent et il flirte avec le manièrisme et l’élitisme auto-entretenu . Certains passages de son dictionnaire amoureux de la musique classique sont incompréhensibles ++ Dommage car il y a 20 ou ans ses textes magnifaient la musiqu e que nous aimons .

  • J’ai découvert Rudolf Serkin en éoutant les concertos de Beethoven il y a des années.Je les écoutais « en boucle ».

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.