À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Les Goldberg de Bach imaginées à l’orgue par Pascal Vigneron

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : 32 Variations Goldberg BWV 988. Pascal Vigneron à l’orgue Schwenkedel-Koenig de la cathédrale de Toul (Meurthe-et-Moselle). 1 CD Quantum. Enregistré en avril 2018. Livret bilingue français allemand. Durée totale 60:56

 

Couverture-QM-7084

Les Variations Goldberg ont été quelquefois présentées à l’orgue, même si elles restent plus largement interprétées au clavecin ou sur piano moderne. propose une version colorée grâce à une belle recherche de climats qui tiennent l’auditeur en haleine pour cette œuvre au long cours.

est trompettiste, organiste, chef d’orchestre et directeur du Festival Bach de Toul (Meurthe-et-Moselle). Durant quatre années, il a contribué à la restauration du grand-orgue de la cathédrale de Toul réalisée de 2012 à 2016 par la maison Koenig. Cet instrument important doté de 70 jeux avait était construit en 1963 par Curt Schwenkedel et en faisait le plus grand orgue français de cathédrale à traction mécanique.

Ce disque met en valeur un instrument retrouvé, remarquablement restauré, au travers de 31 variations offrant chacune une ou plusieurs registrations différentes. Après l’Aria introductif présentant son fameux thème de basse, fil conducteur de toute l’œuvre, chaque variation est ici rythmée par le choix (ou non) des reprises proposées par l’auteur, afin d’apporter une proposition logique d’équilibre, par un jeu de miroirs qui se répondent de manière plus ou moins intense. Glenn Gould déjà avait opté pour cette solution lors de sa deuxième version discographique de 1981. Les reprises, quand elles sont retenues permettent une registration différente souvent en écho de la première et offrent une ornementation rajoutée comme le veut le style de cette musique. C’est ainsi que l’œuvre passe par toute une quantité d’ambiances et d’affects qui comblent l’auditeur, déjà familier d’un discours paré ici de nouveaux atours, ludiques pour la plupart. A la différence d’autres versions utilisant largement le pédalier (Jean Guillou à l’Alpe d’Huez. Dorian) Pascal Vigneron s’en tient essentiellement aux claviers, plus conformes à l’écriture même de ces variations, comme pour l’Art de la Fugue qui n’étaient pas des œuvres initialement prévues pour l’orgue. Seules quelques tenues indispensables ou cadences soulignées retenues par l’interprète sont réservées au pédalier. Cela allège le discours, le rendant plus volubile, plus libre…

Le livret donne le détail des registrations : tout est justement calibré, l’orchestration est présente pour magnifier cette grande arche architecturale. On appréciera l’harmonisation très réussie de cet orgue conçu au départ pour couvrir un large répertoire. A la fin et avant le retour de l’Aria da capo, les variations 30 et 31 font entendre toute la puissance instrumentale ancrée sur de solides jeux graves, pour terminer en gloire ce monument absolu de la musique pour clavier.

Une version à part mais possédant les atouts pour convaincre l’auditeur avide de nombreuses surprises et de nouvelles sensations.

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : 32 Variations Goldberg BWV 988. Pascal Vigneron à l’orgue Schwenkedel-Koenig de la cathédrale de Toul (Meurthe-et-Moselle). 1 CD Quantum. Enregistré en avril 2018. Livret bilingue français allemand. Durée totale 60:56

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.