À emporter, DVD, DVD Musique, Musique d'ensemble

Un oratorio de Michaël Levinas à la mémoire des victimes de l’abomination de l’Autre

Plus de détails

Michaël Levinas (né en 1949) : La Passion selon Marc / Une Passion après Auschwitz. Magali Léger soprano. Marion Grange, soprano. Guilhem Terrail, contre-ténor. Mathieu Dubroca, baryton. Marie Hamard, mezzo-soprano. Tristan Blanchet, ténor. Simon Savoy, contre-ténor. Benjamin Righetti, orgue. Orchestre de chambre de Lausanne, ensemble vocal de Lausanne ; direction : Marc Kissóczy. 1 DVD BelAir Classiques. Concert enregistré à l’église Saint-François de Lausanne en avril 2017. Livret trilingue français, anglais, allemand. Durée : 87:00

 

passion selon st marc levinas bel airLe cadre : un temple protestant de Lausanne ; l’occasion : les 500 ans de la Réforme ; le contexte : une Passion écrite par un compositeur juif ; le résultat : un concert très poignant donné en création mondiale et filmé par la Radio Télévision suisse.

À son projet d’une terrible complexité tant musicale que philosophique, puisque ce travail de commande touche à son histoire personnelle, offre une bonne clé de lecture en le résumant ainsi : « Une unité formelle strictement musicale et aucunement théologique. » Belle simplification qui oblige à centrer son attention sur ce qui se présente effectivement comme un long thrène : une lamentation sans fin ayant pour point de départ le meurtre d’un homme (le titre est La Passion selon Marc) et point d’arrivée celui de six millions d’autres (le sous-titre : Une Passion après Auschwitz). Cette histoire strictement humaine a pour ressort ce que le père du musicien, Emmanuel Levinas, appelle « la même haine de l’autre homme » et plus spécifiquement l’antijudaïsme (la négation du fait juif) et l’antisémitisme (la réduction d’une personne à sa judéité). Malgré son organisation en trois parties distinctes, la multiplication des langues et celle des voix (pas moins de 36, selon une polyphonie polyrythmique) ainsi qu’une grande richesse de timbres, la beauté de l’œuvre tient peut-être avant tout à sa cohérence esthétique. C’est un certain climat d’ensemble et une tension permanente, qui reposent sur des échelles harmoniques très modulantes. D’où un effet d’itération comme principe de marche sur place. Celle du sanglot et de la plainte, sensible par exemple dans le retour de la « tierce tragique » (Levinas), la mineure descendante. Cela dit, rien n’est ici pesant pour traiter d’un sujet qui l’est tant.

La première partie, hébraïque, est formée de : « Kaddisch », « El Maleh Rachamim » et « Psalmodie de noms du mur de la Shoah ». La deuxième, de douze mouvements, dit la Passion selon l’évangile de Marc en français du XIIIe siècle. La troisième est composée de deux poèmes en allemand de Paul Celan : « Die Schleuse » (« L’Écluse ») et « Espenbaum » (« Tremble »).

Sans cesse alternent ou s’entremêlent deux couples, soliste-chœur et récit-action, si bien que nous assistons à une tragédie mais non représentée, plutôt donnée dans sa nudité et sa crudité. C’est la langue elle-même qui parle ou chante, ainsi de l’ancien français, aux accents rauques et aux consonnes finales très marquées. Les solistes sont tous magnifiques : le contre-ténor dans le rôle de l’évangéliste, le baryton dans celui de Jésus, la soprano dans celui de Marie, ou encore la soprano chantant Paul Celan. La voix du soliste, c’est celle qui s’élève dans un silence de désert. Lui fait pendant le chœur, la voix plurielle de l’humanité, tantôt rumeur, tantôt implorations individuelles. Régulièrement, d’autres solistes allègent le fardeau, en particulier la harpe, le célesta et les voix célestes de l’orgue. L’émotion est là, la dignité aussi.

Un seul regret : l’absence des textes sur le livret. L’écoute du DVD peut s’accompagner de la lecture du livre Une Passion après Auschwitz ? (éditions Beauchesne), sous la direction des théologiens Jean-Marc Tétaz (commanditaire de l’oratorio avec l’association suisse « Musique pour un temps présent ») et Pierre Gisel.

Plus de détails

Michaël Levinas (né en 1949) : La Passion selon Marc / Une Passion après Auschwitz. Magali Léger soprano. Marion Grange, soprano. Guilhem Terrail, contre-ténor. Mathieu Dubroca, baryton. Marie Hamard, mezzo-soprano. Tristan Blanchet, ténor. Simon Savoy, contre-ténor. Benjamin Righetti, orgue. Orchestre de chambre de Lausanne, ensemble vocal de Lausanne ; direction : Marc Kissóczy. 1 DVD BelAir Classiques. Concert enregistré à l’église Saint-François de Lausanne en avril 2017. Livret trilingue français, anglais, allemand. Durée : 87:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.