Le violoncelle de Christoph Croisé enchante avec Haydn et Vivaldi

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Joseph Haydn (1732-1809) : concertos pour violoncelle en do Hob. VIIB:1 et en ré Hob. VIIB:2 ; Antonio Vivaldi (1678-1741) : concerto pour violon et violoncelle en si bémol majeur RV 547. Christoph Croisé, violoncelle. Eurasian Soloists Chamber Orchestra, violon et direction : Sherniyaz Mussakhan. 1 CD AVIE records. Enregistré en novembre 2017 en l’église d’Oberstrass à Zurich. Durée : 57:35

 

Les Clefs du mois

Christoph_CroisePour son quatrième enregistrement, le jeune et confirmé violoncelliste s’illustre dans un programme de concertos avec l’ensemble helvétique .

Les deux concertos pour violoncelle attribués de manière certaine à méritent sûrement d’être plus connus. Mettant superbement en valeur l’instrument soliste, ils présentent des pages qui soutiennent largement la comparaison avec celles de Mozart. Dans l’esprit de l’époque, l’ensemble orchestral est ici de dimension modeste (dix-sept instruments) mais renforcé d’un clavecin. C’est un Haydn comme on l’aime, alerte et souple, finement articulé, chatoyant, dont les passages dramatiques n’en ressortent que mieux. Pas de précipitation toutefois : l’Allegro moderato du Concerto en ré est par exemple pris à un tempo vraiment modéré, et la musique y respire sans que l’on s’ennuie un instant. quant à lui est d’une grande agilité et d’une musicalité exemplaire, tout en apparaissant très soucieux du détail. Ce qui frappe également est l’attention qu’il porte au son de son instrument, monté en boyaux, autant dans ses parties solistes que quand il joue avec l’orchestre ; l’écoute de l’Adagio du Concerto en do suffira pour s’en convaincre. Les cadences choisies sont celles de Maurice Gendron, sauf pour le troisième mouvement du Concerto en ré en a élaboré deux, courtes et d’une subtile virtuosité.

Avec un ensemble de cette dimension, le court concerto d’ placé en fin de disque ne manque pas de profondeur de son. Il permet surtout de souligner les influences italiennes qu’on perçoit chez Haydn. Il met aussi en valeur le superbe violon de , Concertmeister inspiré aussi bien chez Haydn que chez Vivaldi.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.