À emporter, CD, Musique symphonique

Ivo Kahánek dans les concertos pour piano de Dvořák et Martinů

Plus de détails

Antonín Dvořák (1841-1904) : Concerto pour piano et orchestre en sol mineur op. 33 (B. 63). Bohuslav Martinů (1890-1959) : Concerto pour piano n° 4 « Incantation » (H. 358). Ivo Kahánek, piano. Orchestre symphonique de Bamberg, direction : Jakub Hrůša. 1 CD Supraphon. Enregistré en studio les 4 et 5 octobre 2017 (Dvořák) et en public du 17 au 19 janvier 2019 (Martinů) à la Joseph-Keilberth-Saal à Bamberg. Textes de présentation en anglais, allemand, français et tchèque. Durée : 59:24

 

Pour son nouveau disque de concertos pour piano de Dvořák et Martinů, impressionne par deux fois.

Dvořák_Martinů_Ivo_Kahánek_Jakub_Hrůša_SupraphonNé en 1979, est l’un des plus importants, sinon le plus grand pianiste tchèque de la jeune génération. En 2004, il a remporté le Concours international de musique du Printemps à Prague. À cela s’ajoutent des distinctions reçues à d’autres compétitions prestigieuses, comme le Concours international de piano Maria Canals à Barcelone ou le Concours international de piano Frédéric Chopin de Marienbad. Suite à ces succès, il s’est vu inviter en août 2007 par la BBC afin de jouer aux Proms, au Royal Albert Hall à Londres, accompagné du BBC Symphony Orchestra sous la direction de Jiří Bĕlohlávek, ce concert ayant été transmis à la télévision, ainsi qu’enregistré et rendu disponible en téléchargement numérique sur le site de Deutsche Grammophon. À Monte-Carlo, il a été remarqué dans nos colonnes pour sa « technique impeccable et musicalité profonde ».

Ces dernières années, le jeu d’Ivo Kahánek a gagné en maturité. Délibérément non démonstratif ni virtuose, il se montre, dans le Concerto pour piano et orchestre en sol mineur op. 33 d’, un pianiste ou plutôt un musicien romantique par excellence : les phrasés qu’il développe, si soigneusement peaufinés sous ses doigts, saisissent par leur chaleur dans tous les registres, scintillant dans les aigus, caressant les oreilles par la mise en valeur de la douceur vocale de la ligne mélodique, même dans les arpèges exécutés legato. Bien que le fil narratif soit ici entièrement soumis à une conception foncièrement réfléchie, cette lecture déborde de fraîcheur et de musicalité. Voici un chant profond faisant penser à « une âme qui se rend sensible », pour évoquer le dire d’Honoré de Balzac, et que nous savourons mesure par mesure, ensorcelés par cette beauté lyrique omniprésente.

Pour le Concerto pour piano n° 4 « Incantation » de , capté lors d’apparitions publiques d’Ivo Kahánek, et proposé par lui auparavant au Royal Albert Hall, il impressionne par le raffinement et la précision de son toucher au travers d’une partition riche en couleurs et parsemée de touches contrastées. Puis, par la manière dont il en relie des différents épisodes en une histoire, et ce, pour nous offrir une interprétation baignée d’une multitude d’ambiances, mais aussi tout à fait cohérente. Pour cela, on apprécie également l’apport de , un chef dont les dernières prestations données à la tête du même orchestre, et en matière de la musique symphonique (deux albums du label suisse Tudor, regroupant des partitions de Brahms et de Dvořák), manquaient de ferveur et de panache. Sur ce disque, il se montre un accompagnateur en harmonie parfaite avec le jeu poétique du soliste. Cette parution a un atout encore : une bonne restitution de la splendeur de l’acoustique de la Joseph-Keilberth-Saal à Bamberg. Un must pour les amateurs du piano.

Plus de détails

Antonín Dvořák (1841-1904) : Concerto pour piano et orchestre en sol mineur op. 33 (B. 63). Bohuslav Martinů (1890-1959) : Concerto pour piano n° 4 « Incantation » (H. 358). Ivo Kahánek, piano. Orchestre symphonique de Bamberg, direction : Jakub Hrůša. 1 CD Supraphon. Enregistré en studio les 4 et 5 octobre 2017 (Dvořák) et en public du 17 au 19 janvier 2019 (Martinů) à la Joseph-Keilberth-Saal à Bamberg. Textes de présentation en anglais, allemand, français et tchèque. Durée : 59:24

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.