Comédies musicales, Danse , La Scène

Retour au Châtelet pour Un Américain à Paris

Plus de détails

Paris. Théâtre du Châtelet. 20-XI-2019. George et Ira Gershwin (1898-1937) : An Americain in Paris sur un livret de Craig Lucas. Supervision, adaptation et arrangements musicaux : Rob Fisher. Orchestration : Christopher Austin. Mise en scène et chorégraphie : Christopher Wheeldon. Décors et costumes : Bob Crowley. Lumières : Natasha Katz. Dance arrangements : Sam Davis. Avec : Ryan Steele, Jerry Mulligan ; Leanne Cope, Lise Dassin ; Emily Ferranti, Milo Davenport ; Zachary Prince, Adam Hochberg ; Michael Burrell, Henri Baurel ; Julia Nagle, Madame Baurel ; Scott Willis, Monsieur Baurel ; Kyle Vaughn, Mr. Z ; Rebecca Pitcher, Olga. Ensemble instrumental du Châtelet, direction musicale : Jesse Warkentin

Après une tournée mondiale de cinq années, la comédie musicale phare chorégraphiée par revient au Théâtre du Châtelet, point de départ de son succès retentissant en 2014.

Quelle riche idée de faire revenir Un Américain à Paris pour la réouverture du Théâtre du Châtelet après deux ans de fermeture pour travaux ! Après avoir tourné à Broadway, Londres ou Tokyo, la comédie musicale inspirée du film culte de Vincente Minnelli (1951), avec Gene Kelly et Leslie Caron sur la musique de , brille à nouveau de tout son éclat à Paris avec une distribution en partie remaniée.

C’est tout le parfum désuet du Paris de l’après-guerre qui resurgit dès l’ouverture du rideau, avec les images de ce Paris rêvé, de la Butte Montmartre des Champs-Élysées et de la Tour Eiffel. L’ombre du nazisme et de la collaboration, incarnés par le drapeau à croix gammée, est bien vite éclipsée par le drapeau bleu-blanc-rouge et la soif débordante de vivre, s’amuser, fêter la victoire qui éclate à travers le chant et la danse.

Jerry Mulligan, GI désœuvré, ne se sent pas le cœur de retourner aux États-Unis, attiré par une carrière de peintre. À la faveur de sa rencontre avec le compositeur Adam Hochberg (double de Gershwin), il loue une petite chambre et commence une vie de bohème dans le quartier des artistes. Il rencontre une riche mécène et collectionneuse américaine, Milo Davenport, qui lui propose son appui, réseau, soutien… et ses faveurs, mais le cœur de Jerry ne bat que pour la jolie danseuse Lise Dassin. Il ne sait pas que son ami Adam Hochberg, qui travaille à composer un ballet pour la danseuse, en pince aussi pour la jeune fille, ni qu’elle est engagée avec Henri Baurel, un Français, fils de la famille qui a caché Lise, de confession juive, pendant la guerre. Les trois amis forment un trio complice et complémentaire. , qui reprend le rôle créé par Robbie Fairchild, étoile du New York City Ballet, incarne un Jerry Mulligan charismatique, drôle et attachant. Danseur et comédien polyvalent, il possède une technique soignée, précise et d’une grande fluidité. Il forme un duo charmant avec en Lise Dassin. La danseuse et chanteuse, déjà titulaire du rôle en 2014, enchante par son naturel et son charme tout en retenue. Elle dose avec justesse la tension entre son sens du devoir, qui lui intime d’accepter la proposition en mariage du gentil et maladroit Henri Baurel, et son désir de céder à ses sentiments pour Jerry. L’amour finira par triompher, à la faveur de rendez-vous galants sur le Pont des Arts, et d’un retournement favorable de la situation. Tout le monde y trouve son compte puisque Henri Baurel se découvre des affinités avec la très distinguée mécène Milo Davenport et affirme son goût pour le cabaret, et Adam Hochberg se console en rencontrant le succès recherché dans la musique.

Le Britannique , artiste associé au Royal Ballet et ancien Principal du New York City Ballet, signe une chorégraphie brillante, dans un style néoclassique aux influences jazzy d’une grande exigence technique. L’usage des claquettes, incontournable des comédies musicales, est ici réduit à la scène du cabaret, réussite du genre, avec les danseuses en tenues de strass, plumes et paillettes. Wheeldon développe le ballet final, introduisant un spectacle dans le spectacle avec un effet de mise en abyme puisque le ballet est créé par Lise Dassin et la troupe du ballet du Châtelet dans le théâtre du Châtelet même. La jeune fille imagine danser avec Jerry, ce qui donne lieu à une subtile substitution de partenaire. Christopher Wheeldon ose des références aux avant-gardes chorégraphiques, avec des costumes aux couleurs vives résolument Fifties.

Un Américain à Paris trouve le bon équilibre entre les attendus du genre du musical, une chorégraphie d’une grande qualité, et une musique entraînante truffée de tubes, portée par un orchestre et des chanteurs au diapason et à la bonne humeur communicative.

Une reprise réussie d’un succès de l’ère Choplin par la nouvelle direction à deux têtes (Ruth Mackenzie et Thomas Lauriot), qui va devoir faire ses preuves avec sa programmation pour 2020.

Crédits photographiques : Photographie n°1 : et © Cyril Moreau/Théâtre du Châtelet; Photographie n°2 : © Marie Noëlle Robert

Plus de détails

Paris. Théâtre du Châtelet. 20-XI-2019. George et Ira Gershwin (1898-1937) : An Americain in Paris sur un livret de Craig Lucas. Supervision, adaptation et arrangements musicaux : Rob Fisher. Orchestration : Christopher Austin. Mise en scène et chorégraphie : Christopher Wheeldon. Décors et costumes : Bob Crowley. Lumières : Natasha Katz. Dance arrangements : Sam Davis. Avec : Ryan Steele, Jerry Mulligan ; Leanne Cope, Lise Dassin ; Emily Ferranti, Milo Davenport ; Zachary Prince, Adam Hochberg ; Michael Burrell, Henri Baurel ; Julia Nagle, Madame Baurel ; Scott Willis, Monsieur Baurel ; Kyle Vaughn, Mr. Z ; Rebecca Pitcher, Olga. Ensemble instrumental du Châtelet, direction musicale : Jesse Warkentin

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.