À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Défense de la basse de viole française par la Polonaise Julia Karpeta

Plus de détails

Marin Marais (1656-1728) : Suites en la mineur, ré majeur, la mineur. Antoine Forqueray (1672-1745) : La Couperin, La Jupiter, La Buisson. Julia Karpeta, viole de gambe ; Anton Birula, théorbe ; Marta Niedzwiecka et Maurycy Raczyński, clavecins ; Krzysztof Karpeta, viole de gambe. Enregistré à Wrocław en septembre et octobre 2018. 1 disque CD Accord. Livret polonais/anglais. Durée : 53:32

 

et sont les deux piliers du répertoire français pour la viole. Une sorte de Graal des violistes. Les enregistrements de ces deux figures tutélaires ne manquent pas. La violiste polonaise Julia Karpeta a choisi d’apporter sa pierre à cet édifice : redoutable pierre de touche, en effet, que la confrontation à ce répertoire monumental.

Marais_Forqueray_Karpeta_CD AccordSouvent présentés comme rivaux, Marais et Forqueray furent également appréciés à la cour de Versailles. Dans son traité « Défense de la basse de viole« , Hubert Le Blanc affirme que Marais jouait comme un dieu, et Forqueray comme un diable. Il semble que les deux musiciens aient eu des tempéraments bien différents, et le caractère irascible du « diabolique » Forqueray se retrouve jusque dans sa musique, au langage très personnel. D’ailleurs, il a interdit toute publication de ses œuvres de son vivant, et c’est son fils Jean-Baptiste qui a publié une partie de ses pièces de violes à sa mort, avant d’en proposer des transcriptions pour clavecin. Le doute demeure quant à l’attribution paternelle de ces pièces, dont le langage moderne pourrait donner à penser qu’elles sont de la main du fils, lui-même violiste de renom. Julia Karpeta a choisi de présenter trois grandes suites de Marais alternées avec trois pièces de Forqueray très contrastées.

La musique baroque se porte bien en Pologne, particulièrement à Wrocław où s’est formée Julia Karpeta. Elle est la continuiste attitrée de l’Ensemble Baroque de Wrocław (on se souvient du magnifique enregistrement de la musique de M. Mielczewski par cet ensemble), et de nombreuses autres formations à travers l’Europe. Pour les suites de Marais, elle a choisi de varier le continuo : la première et la troisième suites sont accompagnées par le seul théorbe, et l’équilibre est parfait avec la viole soliste. Pour la deuxième, on revient à la configuration plus classique d’un accompagnement au clavecin avec une deuxième basse de viole. Les pièces de Forqueray sont des portraits, soit de personnages contemporains de l’entourage du compositeur, soit issus de la mythologie comme la magistrale Jupiter. La première pièce, intitulée La Couperin, commence avec un accompagnement de théorbe seul, rejoint en cours de route par un clavecin trop bavard qui couvre un peu le chant de la viole. Dans la chaconne La Buisson qui clôt le programme, on entend un véritable dialogue entre l’accompagnement du théorbe et la viole. Dans l’ensemble, il existe un léger déséquilibre dans la prise de son : une basse continue trop présente au détriment de la viole soliste. C’est d’autant plus dommageable que le jeu de Julia Karpeta est d’une grande musicalité et que l’on découvre dans ce disque une interprète particulièrement sensible, au niveau des plus grands.

 

Plus de détails

Marin Marais (1656-1728) : Suites en la mineur, ré majeur, la mineur. Antoine Forqueray (1672-1745) : La Couperin, La Jupiter, La Buisson. Julia Karpeta, viole de gambe ; Anton Birula, théorbe ; Marta Niedzwiecka et Maurycy Raczyński, clavecins ; Krzysztof Karpeta, viole de gambe. Enregistré à Wrocław en septembre et octobre 2018. 1 disque CD Accord. Livret polonais/anglais. Durée : 53:32

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.