Artistes, Entretiens, Instrumentistes, Musique de chambre et récital

La violoncelliste Erica Piccotti, jeune artiste ICMA 2020

Plus de détails

 

La jeune violoncelliste , née à Rome en 1999, est un talent dont la carrière est déjà bien établie. Nicola Cattò, membre du jury des International Classical Music Awards pour le magazine italien Musica et Secrétaire Général, a rencontré la jeune artiste qui a remporté le Prix du Jeune Artiste 2020.

piccotti-erica_01ICMA : Comment en êtes-vous venue à étudier le violoncelle ? Quelles sont les principales étapes de votre formation ?

: C’était un cheminement naturel, parce qu’à la maison je « respire » la musique depuis que je suis petite, ma mère joue du piano, mon frère du violon. Après avoir « joué » avec ces deux instruments, un jour, un violoncelle est arrivé à la maison. J’avais quatre ans et demi, et me voilà ! Mon premier professeur a été Francesco Storino, violoncelliste de l’Orchestra dell’Accademia di Santa Cecilia à Rome. J’ai eu l’opportunité de le rencontrer lorsque je faisais partie de l’Orchestre junior de la même Académie. Il m’a prise par la main quand j’étais enfant et m’a fait grandir avec passion et dévouement. Il m’a suivie jusqu’à l’obtention de mon diplôme au conservatoire, mais il reste encore aujourd’hui une référence pour moi. J’ai poursuivi mes études avec Antonio Meneses, un grand violoncelliste pour lequel j’ai toujours eu une grande admiration, d’abord à la Hochschule der Künste de Berne, puis à l’Académie Walter Stauffer de Crémone et à l’Accademia Chigiana de Sienne.

Actuellement, j’ai réalisé un autre de mes rêves en étudiant avec un autre grand violoncelliste et professeur, Frans Helmerson, à l’Académie Kronberg. Cette académie m’a fait découvrir un environnement international et m’a permis d’être en contact avec des artistes de renommée mondiale.

ICMA : Quand avez-vous réalisé que votre avenir serait une carrière de violoncelliste professionnelle ?

EP : Je me suis passionné pour le violoncelle et la musique dès le début. Les premiers succès obtenus lors de concours m’ont ensuite encouragé à faire de mieux en mieux. Ils m’ont donné la confiance nécessaire pour atteindre de nouveaux objectifs, etc. Je ne me souviens pas du moment exact où j’ai réalisé que la musique ferait partie de ma vie pour toujours, peut-être que cela n’a jamais été le cas ! Je pense que j’ai toujours été conscient que seule celle-ci me ferait ressentir certaines émotions, dont je ne voudrais pas et dont je ne pourrais pas me passer.

ICMA : Y a-t-il des violoncellistes que vous considérez comme des références ?

EP : Je dois mentionner Antonio Meneses, qui est élégant, raffiné et toujours parfait dans ses interprétations. Ce qui m’a toujours réjoui chez lui, c’est le travail minutieux qui se cache derrière chacune de ses notes, la propreté, la clarté, l’expression de tout ce qu’il joue. Et bien sûr la technique impeccable avec laquelle il parvient à réaliser tout cela avec le plus grand naturel. Un autre exemple est celui de Mario Brunello. Il est capable d’exprimer des choses qui ne peuvent pas être exprimées par des mots. Pendant qu’il joue, il parle sa propre langue qui est compréhensible pour tout le monde en même temps.

ICMA : Vous avez enregistré votre premier album chez Warner, un grand label, alors que vous n’aviez que 18 ans : qu’est-ce que cela a signifié pour vous ?

EP : C’est certainement l’un des objectifs les plus importants. Ce n’est pas seulement un album, je pense que c’était un véritable moment de croissance pour moi. Un grand défi, un travail très exigeant, mais l’émotion que j’ai ressentie en écoutant le master final… que je n’oublierai jamais ! C’est une étape importante dans mon développement, elle représente qui je suis en ce moment.

ICMA : Comment avez-vous choisi le programme ? Reflète-t-il votre répertoire de concert ?

EP : Le programme a été choisi en accord avec le pianiste Itamar Golan. Il m’a proposé la Sonate de Franck, que j’aime beaucoup et que j’ai jouée plusieurs fois en concert cette année-là. J’ai donc immédiatement accepté la proposition avec enthousiasme. Puis nous avons décidé d’ajouter deux pièces de compositeurs russes et le choix s’est porté sur la Sonate de Prokofiev et enfin, sur ma proposition, nous avons décidé d’ajouter la Suite Italienne de Stravinsky, qui est alors devenue la pièce d’ouverture du disque.

43626184_265924150795283_163832605542711296_oICMA: Parlez-moi de votre collaboration avec Itamar Golan ? 

EP : Avec Itamar, il y a eu tout de suite une grande entente artistique. C’est un grand chambriste et il a joué aux côtés d’artistes illustres, donc travailler avec lui a été très stimulant et gratifiant. L’instinctivité dans la façon dont nous jouons est ce qui nous a liés dès le premier instant, cette magie qui fait que tout semble aléatoire à l’auditeur et qui en réalité a déjà été planifiée et établie, mais avec la variable de l’humeur du moment. Et ce qui est génial, c’est de saisir ce moment de l’autre et de le faire nôtre : Je pense que nous avons réussi.

ICMA : Mais avez-vous des partenaires de chambre privilégiés ?

EP : En plus d’être soliste, j’aime jouer dans des ensembles de chambre. Je joue parfois avec des jeunes de mon âge, mais aussi avec des artistes confirmés. Je trouve ces deux situations très stimulantes. C’est de l’une de ces rencontres qu’est née la collaboration avec Itamar Golan, qui a abouti à la réalisation du CD.

ICMA : De quel instrument jouez-vous ? Quelles sont ses caractéristiques ? 

EP : J’ai le privilège de jouer d’un magnifique instrument de 1692, un violoncelle Francesco Ruggeri, aimablement accordé par la Fondazione Micheli à travers la Fondazione Pro Canale. Nous nous sommes rencontrés il y a plus ou moins 3 ans et je dois avouer que l’amour n’a pas fleuri immédiatement. Ces instruments sont comme les personnes, il faut apprendre à les connaître et à les respecter. Je l’ai découvert petit à petit. Maintenant je ne peux plus m’en séparer, nous avons trouvé l’harmonie parfaite.

ICMA : Est-il difficile de passer d’enfant prodige à adulte professionnel ?

EP : Bien que beaucoup de gens m’aient appelé enfant prodige dans le passé, je ne me suis jamais vraiment considéré comme tel. En devenant professionnel, vos engagements et vos responsabilités augmentent. Parfois, je reviens en arrière avec un peu de nostalgie pour cette période de l’enfance passée dans l’insouciance totale, mais la satisfaction que je ressens maintenant me rembourse pour tout.

Propos recueillis par Nicola Cattò, rédacteur en chef du magazine Musica, membre du jury des ICMA

Crédits photographique : © Laure Jacquemin, Musica con le Ali

Plus de détails

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.