À emporter, Audio, Musique symphonique

Heinz Holliger poursuit un cycle des symphonies de Schubert

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828) : Ouverture dans le style italien ; Symphonie n° 6 en ut majeur ; Symphonie n° 4 en ut mineur. Orchestre de chambre de Bâle ; direction : Heinz Holliger. 1 CD Sony. Enregistré du 18 au 20 octobre 2018 à Riehen, Suisse. Notice bilingue (anglais, allemand). Durée : 73:08

 

arrive bientôt au bout d’une intégrale des symphonies de Schubert, et ce nouveau volume confirme les choix faits par le chef dans les précédents : un orchestre de chambre « moderne » mais une vision interprétative qui se situe dans la voie que Harnoncourt a ouverte dans Schubert.

Schubert_Kammerorchester Basel_Heinz Holliger_SonyLe goût des contrastes et le sens du théâtre instrumental qui faisaient le génie du chef autrichien se retrouvent ici, mais… sans le sens inné des proportions et de l’équilibre que le maestro disparu possédait instinctivement, lui qui avait fait ses armes de violoncelliste au sein de l’ alors dirigé par Karajan.

Cette fois, les contrastes tant dynamiques que de tempos sont poussés jusqu’à l’exagération. La Symphonie n° 6 en ut majeur, la « petite » par opposition à l’immense « Grande » D. 944 en ut majeur également, en souffre particulièrement. L’Andante semble transpercé en son milieu par de criardes trompettes dont l’irruption soudaine évoque la « Surprise » de Haydn, si ce n’est sa révision caricaturale par Hoffnung. Et le finale laisse place à des ralentis excessifs eux aussi qui brutalisent inutilement les phrases et déstabilisent le mouvement entier. L’abus de contrastes excessifs finit par déstabiliser l’harmonie des œuvres. Cette instabilité permanente finit lasser l’auditeur. Force est de reconnaître que l’intégrale somptueuse laissée par Harnoncourt à Berlin (BPO) l’emporte autant par la perfection orchestrale bien supérieure à celle de l’orchestre bâlois que par la subtilité de la direction, et demeure la référence la plus récente.

Certes la Symphonie n° 4 « Tragique » souffre moins de telles idiosyncrasies sans pour autant retrouver la grandeur du légendaire enregistrement de Giulini. Mais cest sans doute la belle Ouverture dans le style italien, si peu italienne en fait, qui ressort le mieux de cet album. Aussi grand musicien que soit , aussi captivants qu’aient été ses disques Koechlin, ce n’est pas avec ce cycle schubertien qu’il est le plus convaincant…

(Visited 473 times, 1 visits today)

Plus de détails

Franz Schubert (1797-1828) : Ouverture dans le style italien ; Symphonie n° 6 en ut majeur ; Symphonie n° 4 en ut mineur. Orchestre de chambre de Bâle ; direction : Heinz Holliger. 1 CD Sony. Enregistré du 18 au 20 octobre 2018 à Riehen, Suisse. Notice bilingue (anglais, allemand). Durée : 73:08

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.