À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Paradis perdu pour Anna Prohaska et Julius Drake

Plus de détails

Maurice Ravel (1875-1937) : Trois beaux oiseaux du Paradis, extraits des Trois chansons M. 69 ; Air du feu, extrait de L’Enfant et les Sortilèges M. 71. Leonard Bernstein (1918-1990) : Silhouette (Galilee). Olivier Messiaen (1908-1992) : Bonjour toi, colombe verte, extrait de Harawi. Gabriel Fauré (1845-1924) : Paradis, extrait de La Chanson d’Ève op. 95. Claude Debussy (1862-1918) : Apparition L. 53. Daniel-Lesur (1908-2002) : Ce qu’Adam dit à Ève Clair, extrait de Clair comme le jour. Igor Stravinsky (1882-1971) : Pastorale. Hugo Wolf (1860-1903) : Die Spröde ; Die Bekehrte, extraits de Goethe Lieder. Johannes Brahms (1833-1897) : Salamander, extrait de Fünf Lieder op. 107. Aribert Reimann (né en 1936) : Gib mir den Apfel, extrait de Kinderlieder. Benjamin Britten (1913-1976) : A Poison Tree. Hans Pfitzner (1869-1949) : Röschen biss den Apfel an, extrait de Alte Weisen op. 33. Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : A-oo, extrait de Six Romances op. 38. Charles Ives (1874-1954) : Evening, extrait de 114 Songs. Henry Purcell (1659-1695) : Sleep, Adam, sleep Z195. Franz Schubert (1797-1828) : Auflösung D. 807 et Abendstern D. 806. Robert Schumann (1810-1856) : Jetzt sank des Abends goldner Schein, extrait de Das Paradies und die Peri op. 50 ; Warte, warte wilder Schiffmann, extrait du Liederkreis op. 24. Hanns Eisler (1898-1962) : Jeden Morgen, mein Brot zu verdienen ; Diese Stadt hat mich belehrt, extraits de Hollywood-Elegien. Gustav Mahler (1860-1911) : Das irdische Leben extrait de Lieder aus ‘Des Knaben Wunderhorn’. George Crumb (né en 1929) : Wind Elegy, extrait de Three Early Songs. Anna Prohaska, soprano. Julius Drake, piano. 1 CD Alpha. Enregistré en juillet 2019 au studio 2 de la Radio bavaroise de Munich. Notice trilingue : allemand-anglais-français. Durée : 64:00

 

Dans un passionnant programme, composite en diable, et Julian Drake convient l’auditeur à une nouvelle exploration du répertoire chant-piano.

Anna Prohaska_Julian Drake_Paradise Lost_Alpha a l’art, pour ses récitals, de présenter des programmes thématiques ambitieux. Certains ont encore en mémoire la tournée « Behind the lines » dans laquelle la jeune soprano évoquait les horreurs de la guerre. Dans ce nouvel album, c’est un autre sujet qu’elle aborde en traitant du traumatisme de la Chute originelle. Savamment construit comme à l’accoutumée, le programme est divisé en six phases distinctes : Matin au paradis, Ève s’éveille, Arcadie / Idylle pastorale, Jouer avec le feu / Ève et le mal / La chute de l’homme, Bannissement / Exode / Souvenir et enfin Vie terrestre. Dans ces axes structurants se calent vingt-cinq pièces pour chant et piano, chantées en quatre langues et couvrant près de trois siècles et demi de musique occidentale. Plusieurs des compositeurs retenus sont encore en vie. Dans cette thématique de l’innocence perdue et forcément recherchée, on ne s’étonnera pas de trouver un certain nombre de morceaux issus du monde américain : Bernstein, Ives et Crumb. Si les grands noms du lied allemand sont dûment représentés – Brahms, Schubert, Schumann, Mahler, Wolf, Pfitzner, Eisler, Reiman. Le CD fait aussi la part belle à la mélodie française : les extraits retenus de Ravel, Fauré, Debussy, Messiaen, Daniel-Lesur, dont on notera qu’ils illustrent essentiellement la phase prélapsaire du programme, s’inscrivent à la perfection dans la trajectoire dessinée par la jeune artiste.

L’instrument d’Anna Prohaska est d’évidence celui d’un soprano léger. Trop léger, peut-être, pour certaines pièces pour lesquelles on a l’habitude d’entendre des voix plus dramatiques. « Auflösung », par exemple, fait partie des Schubert qu’affectionnaient autrefois Kirsten Flagstad, Jessye Norman, Leontyne Price ou Grace Bumbry. La comparaison n’est pas forcément à l’avantage de la jeune novice. Dans les vocalises de l’air du feu de L’Enfant et les sortilèges, donné ici dans sa transcription pour voix et piano, notre soprano est en revanche dans son univers vocal, et elle s’en donne à cœur joie. La diction n’est pas toujours exemplaire non plus, et l’on aura parfois du mal à discerner si Prohaska chante en allemand, anglais ou français. Pour notre langue, nous avions un peu perdu l’habitude de cette articulation précieuse et affectée qui était presque devenu la règle dans les années 1980 et 1990, quand les bons chanteurs français étaient si rares. Mais de façon générale, la voix est bien conduite, et les couleurs fraîches et légères du timbre conviennent tout particulièrement aux premières parties du programme, lorsque s’exprime encore l’innocence de la première femme de l’humanité.

L’accompagnement de est un bonheur pour l’esprit et pour l’oreille, et le pianiste y est pour beaucoup dans la cohérence dramatique et musicale d’un programme passionnant et original, qui renouvelle notre approche de la mélodie et redonne ses lettres de noblesse au rituel du récital chant-piano.

Plus de détails

Maurice Ravel (1875-1937) : Trois beaux oiseaux du Paradis, extraits des Trois chansons M. 69 ; Air du feu, extrait de L’Enfant et les Sortilèges M. 71. Leonard Bernstein (1918-1990) : Silhouette (Galilee). Olivier Messiaen (1908-1992) : Bonjour toi, colombe verte, extrait de Harawi. Gabriel Fauré (1845-1924) : Paradis, extrait de La Chanson d’Ève op. 95. Claude Debussy (1862-1918) : Apparition L. 53. Daniel-Lesur (1908-2002) : Ce qu’Adam dit à Ève Clair, extrait de Clair comme le jour. Igor Stravinsky (1882-1971) : Pastorale. Hugo Wolf (1860-1903) : Die Spröde ; Die Bekehrte, extraits de Goethe Lieder. Johannes Brahms (1833-1897) : Salamander, extrait de Fünf Lieder op. 107. Aribert Reimann (né en 1936) : Gib mir den Apfel, extrait de Kinderlieder. Benjamin Britten (1913-1976) : A Poison Tree. Hans Pfitzner (1869-1949) : Röschen biss den Apfel an, extrait de Alte Weisen op. 33. Sergueï Rachmaninov (1873-1943) : A-oo, extrait de Six Romances op. 38. Charles Ives (1874-1954) : Evening, extrait de 114 Songs. Henry Purcell (1659-1695) : Sleep, Adam, sleep Z195. Franz Schubert (1797-1828) : Auflösung D. 807 et Abendstern D. 806. Robert Schumann (1810-1856) : Jetzt sank des Abends goldner Schein, extrait de Das Paradies und die Peri op. 50 ; Warte, warte wilder Schiffmann, extrait du Liederkreis op. 24. Hanns Eisler (1898-1962) : Jeden Morgen, mein Brot zu verdienen ; Diese Stadt hat mich belehrt, extraits de Hollywood-Elegien. Gustav Mahler (1860-1911) : Das irdische Leben extrait de Lieder aus ‘Des Knaben Wunderhorn’. George Crumb (né en 1929) : Wind Elegy, extrait de Three Early Songs. Anna Prohaska, soprano. Julius Drake, piano. 1 CD Alpha. Enregistré en juillet 2019 au studio 2 de la Radio bavaroise de Munich. Notice trilingue : allemand-anglais-français. Durée : 64:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.