À emporter, Audio, Opéra

Otello, pour Kaufmann… et pour les autres

Plus de détails

Giuseppe Verdi (1813-1901) : Otello, opéra en quatre actes sur un livret d’Arrigo Boito. Jonas Kaufmann, ténor (Otello) ; Federica Lombardi, soprano (Desdemona) ; Carlos Álvarez, baryton (Iago) ; Virginie Verrez, mezzo-soprano (Emilia) ; Liparit Avetisyan, ténor (Cassio) ; Carlo Bosi, ténor (Roderigo) ; Riccardo Fassi, basse (Lodovico) ; Fabrizio Beggi, basse (Montano) ; Gian Paolo Fiocchi, baryton (le héraut) ; Coro dell’Accademia Nazionale di San Cecilia (chef de chœur : Ciro Visco) ; Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, direction : Antonio Pappano. 2 CD Sony Classical. Enregistrés du 24 juin au 6 juillet 2019 à l’auditorium Parco della Musica de Rome. Notice de présentation en allemand, anglais et français. Livret en italien, allemand, anglais et français. Durée totale : 135 minutes

 

À côté de dans le rôle-titre et des chanteurs tenant les rôles principaux, tire son épingle du jeu à la tête des forces de l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia. Les enregistrements de studio, finalement, ont du bon…

OtelloCela a été dit et répété, cet enregistrement réalisé en studio a essentiellement été conçu pour graver dans la cire l’interprétation du Maure de Venise par . De fait, le ténor semble disposer aujourd’hui, à l’aube de la cinquantaine, de toutes les qualités vocales requises pour rendre justice à ce personnage complexe. Aux couleurs barytonantes et à la force de l’airain qui ont fait les grands Otello du passé (Ramon Vinay, Mario del Monaco…), s’ajoutent de réelles qualités de mezza voce qui permettent au chanteur, à l’instar de ses prédécesseurs Jon Vickers ou Plácido Domingo, de détailler et d’approfondir la psychologie de son personnage. Ce subtil alliage de force et de douceur, cette variété dans la gamme dynamique et dans la palette des couleurs, nous valent pour les grands soli – « Dio ! Mi potevi scagliar », « Niun mi tema » – des instants véritablement bouleversants. On ne citera comme exemple que la dernière réplique du protagoniste, un « un altro baccio » à faire pleurer les pierres. Au moment de la réalisation de cet enregistrement, Kaufmann n’avait à son actif que deux productions de ce chef-d’œuvre de Verdi : la prise de rôle londonienne sous la direction de Pappano, puis une série de représentations à Munich sous la direction de Kirill Petrenko. Tenant compte des moyens vocaux exceptionnels de Kaufmann, gageons qu’à l’avenir sa lecture de l’un des opéras les plus captivants du répertoire sera encore peaufinée.

Les chanteurs dont est entouré le ténor superstar ne sont pas des plus connus, et l’on s’étonne d’ailleurs que l’on n’ait pas, pour cette réalisation de studio, demandé aux vedettes du moment de lui donner la réplique. On se réjouira néanmoins d’entendre le baryton qui possède tout le mordant nécessaire pour faire, face à Kaufmann, un Iago convaincant, à l’aise dans les déferlements vocaux du « Credo » comme dans les déclamations et les insinuations caractérisant d’un bout à l’autre de l’œuvre les interventions machiavéliques de ce personnage fascinant. Pour beaucoup d’auditeurs, la Desdemona de la jeune sera une révélation. Tout au long de cet ouvrage d’une rare brutalité, la soprano déploie toutes les grâces mozartiennes dont son chant est paré, sans jamais encourir le risque d’être taxée de placidité. Un nom à garder en mémoire. Les comprimarii retenus pour compléter cet enregistrement ne brillent pas particulièrement, que ce soit pour leur personnalité dramatique ou pour leurs qualités vocales. On ne s’en réjouit pas moins de réentendre, dans un rôle plus développé, le joli timbre du ténor , élégant Cassio aux sonorités belcantistes qui devrait normalement faire parler de lui dans un avenir très proche.

En dehors de Kaufmann et de ses deux principaux partenaires, l’album intéresse surtout pour la superbe direction d’, lequel sait détailler comme personne les subtilités orchestrales de l’écriture du Verdi de la maturité. Brillant dans les grands ensembles – l’orage de l’acte I, le finale concertant du III –, il se montre encore plus à son affaire dans les scènes intimistes de l’acte IV, ou dans les pages mettant en scène les manipulations de Iago. Cette direction éminemment théâtrale, jouant de la variété des climats pour composer un mouvement dramatique haletant, semble aller comme un gant aux forces de l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, qui mettent en valeur comme rarement les qualités symphoniques de l’écriture de Verdi. Un enregistrement captivant, donc, qui trouvera sa place à côté des versions historiques majeures.

Plus de détails

Giuseppe Verdi (1813-1901) : Otello, opéra en quatre actes sur un livret d’Arrigo Boito. Jonas Kaufmann, ténor (Otello) ; Federica Lombardi, soprano (Desdemona) ; Carlos Álvarez, baryton (Iago) ; Virginie Verrez, mezzo-soprano (Emilia) ; Liparit Avetisyan, ténor (Cassio) ; Carlo Bosi, ténor (Roderigo) ; Riccardo Fassi, basse (Lodovico) ; Fabrizio Beggi, basse (Montano) ; Gian Paolo Fiocchi, baryton (le héraut) ; Coro dell’Accademia Nazionale di San Cecilia (chef de chœur : Ciro Visco) ; Orchestra dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia, direction : Antonio Pappano. 2 CD Sony Classical. Enregistrés du 24 juin au 6 juillet 2019 à l’auditorium Parco della Musica de Rome. Notice de présentation en allemand, anglais et français. Livret en italien, allemand, anglais et français. Durée totale : 135 minutes

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.