À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Méditations pour le Carême par Les Surprises

Plus de détails

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : Méditations pour le Carême H. 380 à 389. Sébastien de Brossard (1655-1728) : motet Salve Rex Christe et motet O plenus irarum dies. Robert de Visée (ca.1650-ca.1732) : Tombeau de Mesdemoiselles de Visée. Marin Marais (1656-1728) : Prélude en ré extrait du Premier livre des pièces de viole. Paco Garcia, haute-contre ; Martin Candela, taille ; Etienne Bazola, basse-taille ; Juliette Guignard, viole de gambe ; Etienne Galletier, théorbe ; Louis-Noël Bestion de Camboulas, orgue, clavecin et direction. 1 CD Ambronay. Enregistré en septembre 2019 à Paris. Livret français/anglais. Durée : 59:49

 

Les Clefs du mois

Louis-Noël Bestion de Camboulas et son ensemble Les Surprises nous invitent à méditer sur la vie et la mort avec Marc-Antoine Charpentier et Sébastien de Brossard, dans un programme d’une grande intensité expressive.

Charpentier_Brossard_Visée_Marais_Paco-Garcia_Martin-Candela_Etienne-Bazola_Louis-Noël-Bestion-de-Camboulas_AmbronayOn doit à Brossard, immense collectionneur de partitions, d’avoir sauvé de l’oubli les Méditations pour le Carême de Charpentier, cycle de petits motets restés à l’état de manuscrit comme une grande partie de l’œuvre de ce compositeur. Il s’agit de dix miniatures d’un théâtre spirituel qui concentre tout ce que la piété baroque comprend d’affects, à l’imitation de ce qu’écrivait Carissimi, le maître de Charpentier à Rome. Inspirés par les scènes de la Passion du Christ, ces courts motets sont de deux sortes : méditations introspectives pour certains, ou véritables scènes de théâtre, chacune des voix d’homme tenant le rôle d’un des protagonistes du drame biblique. On pense, bien sûr, au célèbre Reniement de St Pierre du même compositeur, dont le motet Cum caenasset Jesus reprend les accents, avec ses pleurs amers. Outre l’extraordinaire richesse de sa bibliothèque musicale, Sébastien de Brossard fut aussi un compositeur fécond. On retrouve dans ses motets l’écho de son admiration pour l’œuvre de Charpentier. Dans le Salve Rex Christe, les deux voix de ténor s’entrecroisent en un admirable dialogue. Enfin, le motet O plenus irarum dies pour voix de basse seule décrit de façon très éloquente la colère divine à la fin des temps.

Les trois voix d’hommes de ce programme, à la fois homogènes et différenciées, illustrent parfaitement la diversité des affects en variant les couleurs et en jouant sur les contrastes d’écriture. La voix de ténor de Martin Candela est particulièrement bien ciselée lorsqu’il tient le rôle de Jésus dans les Méditations de Charpentier, qui sont comme une Passion en miniature. Le motet Tenebrae factae sunt se conclut par un silence poignant à l’instant de la mort du Christ. Quant à la voix de basse d’Étienne Bazola, déjà remarquée dans le disque que Les Surprises consacrait aux cantates de Buxtehude, elle nous offre une palette sonore variée dans le motet de Brossard qui ferme le programme. Son écriture figuraliste nous fait passer de la ferveur aux tourments eschatologiques dans le Turbata clade publica. Les trois continuistes, au sommet de leur art, soulignent avec sensibilité les sentiments évoqués par le texte. On appréciera particulièrement la musicalité de la basse de viole de Juliette Guignard, qui sait se faire élégiaque ou véhémente selon les moments.

Deux intermèdes instrumentaux ponctuent ce programme vocal dans le même registre des émotions : un prélude pour la viole du Premier livre de Marin Marais, et le très émouvant Tombeau que le luthiste Robert de Visée dédiait à ses deux filles défuntes, sommet d’introspection douloureuse, joué au théorbe par Étienne Galletier.

Le programme de cet enregistrement, admirablement construit, nous apporte la preuve que Brossard a su se hisser à la hauteur de Charpentier qu’il admirait tant, et qu’il a comme lui pleinement assimilé l’héritage du style de l’oratorio italien dans sa musique sacrée.

(Visited 192 times, 8 visits today)

Plus de détails

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) : Méditations pour le Carême H. 380 à 389. Sébastien de Brossard (1655-1728) : motet Salve Rex Christe et motet O plenus irarum dies. Robert de Visée (ca.1650-ca.1732) : Tombeau de Mesdemoiselles de Visée. Marin Marais (1656-1728) : Prélude en ré extrait du Premier livre des pièces de viole. Paco Garcia, haute-contre ; Martin Candela, taille ; Etienne Bazola, basse-taille ; Juliette Guignard, viole de gambe ; Etienne Galletier, théorbe ; Louis-Noël Bestion de Camboulas, orgue, clavecin et direction. 1 CD Ambronay. Enregistré en septembre 2019 à Paris. Livret français/anglais. Durée : 59:49

 
Mots-clefs de cet article
[addtoany buttons="facebook,twitter,email"]
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.