À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Pygmalion revient à Bach à travers ses motets, une réussite

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Motets BWV 225-230. Vincenzo Bertolusi (vers 1550-1608) : Osculetur me osculo oris sui. Jacobus Gallus (1550-1591) : Ecce quomodo moritur justus. Giovanni Gabrieli (vers 1554/57-1612) : Jubilate Deo. Ensemble Pygmalion, direction : Raphaël Pichon. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en septembre 2019 en l’Église Notre-Dame-du-Liban, Paris. Durée : 78:08

 

À des rares exceptions près, les chœurs et ensembles vocaux français ont fort peu enregistré la musique sacrée de Johann Sebastian Bach, d’où l’évènement que représente cette nouvelle parution de l’Ensemble Pygmalion chez Harmonia Mundi.

Johann-Sebastian-Bach_Motets_Ensemble-Pygmalion_Harmonia-MundiL’ensemble revient en effet au compositeur qui le fit connaitre, notamment par les Messes brèves, puis la Messe en si dans sa version de Dresde, 1733, enfin la reconstitution de la Köthener Trauermusik BWV 244a. L’ensemble de Raphaël Pichon propose ici les motets BWV 225 à 230 mis en regard de trois motets en langue latine de la Renaissance italienne tirés de l’anthologie Florilegium Portense éditée en 1618 et familière de J.S. Bach à Leipzig.

Pygmalion a enregistré ce programme après l’avoir « rôdé » en concert entre 2016 et 2019 et le résultat s’entend. Le chœur composé de vingt-huit chanteurs fait forte impression dans ce répertoire pourtant rebattu. Il livre une interprétation jubilatoire, enlevée, théâtrale qui insiste sur le texte, que ce soit dans les motets à quatre, cinq ou huit voix (soit en double chœur : BWV 225, 226, 228 et 229). Raphaël Pichon opte pour un continuo discret qui permet d’apprécier pleinement la vertigineuse écriture contrapuntique des parties chorales. Une petite réserve sur les parties solistes, tenues par des membres du chœur, dans le célèbre Jesu, meine Freude BWV 227 mais bien minime au regard du plaisir que procure l’écoute de l’ensemble du programme, originalement construit. L’enregistrement bénéficie en outre d’une magnifique prise de son (Hugues Deschaux) et de propos intéressants de Raphaël Pichon dans le livret, notamment sur la relation étroite qui le lie à ces motets. Une très belle réalisation.

(Visited 252 times, 3 visits today)

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Motets BWV 225-230. Vincenzo Bertolusi (vers 1550-1608) : Osculetur me osculo oris sui. Jacobus Gallus (1550-1591) : Ecce quomodo moritur justus. Giovanni Gabrieli (vers 1554/57-1612) : Jubilate Deo. Ensemble Pygmalion, direction : Raphaël Pichon. 1 CD Harmonia Mundi. Enregistré en septembre 2019 en l’Église Notre-Dame-du-Liban, Paris. Durée : 78:08

 
Mots-clefs de cet article
[addtoany buttons="facebook,twitter,email"]
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.