Livestream, Musique d'ensemble

L’ensemble Correspondances nous fait partager les plaisirs du Louvre

Plus de détails

Paris. Auditorium du Louvre. 10-XI-2020. Œuvres de Pierre Guédron (1570-1620), Antoine Boësset (1587-1643), François de Chancy (1600-1656), Étienne Moulinié (1599-1669), Jacques Champion de Chambonnières (1601-1672), Louis XIII (1601-1643), Louis Constantin (1585-1657), Louis Couperin (1626-1661). Ensemble Correspondances. Sébastien Daucé, orgue, clavecin et direction
Concert sans public diffusé en direct

Signe des temps en cette période troublée, la série des concerts sans spectateurs se poursuit avec la programmation de l’Auditorium du Louvre. C’est l’ensemble Correspondances de Sébastien Daucé, ensemble associé programmé dans le cadre des concerts du vendredi du musée, qui se produit en direct dans un programme qui reprend celui de son dernier disque, sous-titré « Airs pour la chambre de Louis XIII ».

sebastien daucé

Dix-huit musiciens (neuf chanteurs, neuf instrumentistes) prennent place sur la scène de l’auditorium, pendant que Sébastien Daucé présente le programme du jour. Dans la première moitié du XVIIᵉ siècle, le palais du Louvre est l’écrin d’un véritable théâtre musical voulu par Louis XIII, lui-même musicien, danseur et compositeur. C’est le règne de l’air de cour, où s’illustrent Boësset, Moulinié, Guédron… Avant les fastes de la jeunesse de Louis XIV, il s’agit plutôt d’un théâtre de l’intime autour de la chambre du roi. La musique, comme la danse ou la poésie, participe à la sociabilité au sein des cercles aristocratiques. À la cour, on bénéficie d’effectifs plus importants que dans les salons privés. Si les airs de cour se cantonnent aux airs pastoraux et amoureux, le ballet de cour, qui fait la part belle à la danse, s’empare de thèmes mythologiques ou héroïques. Le programme choisi par l’ensemble Correspondances nous mène d’une forme à l’autre, agrémentées de quelques intermèdes instrumentaux. Le sous-titrage des paroles des airs est appréciable, bien que la parfaite diction des chanteurs rende le texte très présent. Quant à l’absence des applaudissements, elle est compensée par les commentaires enthousiastes des internautes du monde entier, dont il vaut cependant mieux s’abstraire pour profiter pleinement de la geste musicale.

Les airs de cour se succèdent, empruntés à François de Chancy, Antoine Boësset et Pierre Guédron. La forme en rondeau avec refrain permet des effets de crescendo avec l’entrée progressive des voix et des violes colla parte, comme dans l’air « Quels tourments » de Guédron. La structure varie d’un air à l’autre, ceux à cinq parties devenant parfois des dialogues entre une voix soliste et le chœur, comme dans le très beau « Cesse mortel » de Guédron ou celui de Boësset « Me veux-tu voir mourir? » où la soprano Caroline Bardot ornemente le refrain avec beaucoup de liberté. Les chanteurs sont tous excellents, avec une mention spéciale pour la voix de bas-dessus de Lucile Richardot, d’une profondeur émouvante. Les gros plans de la caméra permettent d’apprécier la précision de la direction de Sébastien Daucé depuis le clavier de l’orgue positif. L’arrivée des ballets de cour permet à quelques danses instrumentales d’animer le propos. En milieu de programme, un extrait du Ballet de la Merlaison illustre le talent de compositeur du roi lui-même. Une transcription pour les violes de La Piémontaise de Louis Couperin apporte un rythme de danse bienvenu. Les instruments (violes, flûte et luths) viennent colorer les voix et soutenir les chanteurs, avec une mention particulière pour les cordes pincées de Diego Salamanca et Thibaut Roussel.

Les tourments amoureux dont parlent les airs de cour semblent par instant évoquer la situation actuelle, lorsque Boësset nous engage à « bannir la tristesse » et que Pierre Guédron affirme que « l’espoir nous soulage ».

Crédit photographique : Sébastien Daucé © Diego Salamanca 2017

(Visited 291 times, 2 visits today)

Plus de détails

Paris. Auditorium du Louvre. 10-XI-2020. Œuvres de Pierre Guédron (1570-1620), Antoine Boësset (1587-1643), François de Chancy (1600-1656), Étienne Moulinié (1599-1669), Jacques Champion de Chambonnières (1601-1672), Louis XIII (1601-1643), Louis Constantin (1585-1657), Louis Couperin (1626-1661). Ensemble Correspondances. Sébastien Daucé, orgue, clavecin et direction
Concert sans public diffusé en direct

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.