Livestream, Musique de chambre et récital

Laurent Naouri et Frédéric Loiseau transposent des mélodies en chansons

Plus de détails

Bobigny. MC93, 19-XI-2020. Gabriel Fauré (1845-1924): Les Berceaux, op. 23 n° 1 ; Chanson d’amour, op. 27 n° 1 ; Le Secret, op. 23 n° 3; Ici-bas ! op.8 n°3 ; Mai op.1 n° 2; En prière . Francis Poulenc (1899-1963): Mazurka; Carte Postale; Dernier Poème; Fêtes galantes; La grenouillère. Reynaldo Hahn (1874-1974): Heure exquise. Claude Debussy (1862-1918): Le jet d’eau. Guy Béart (1930-2015): Il fait beau. Hubert Degex (né en 1929): Le quartier des Halles. Laurent Naouri, baryton et Frédéric Loiseau, guitare
Concert sans public diffusé en direct sur RecitHall

Le Centre de Musique de Chambre de Paris ouvre sa saison en livestream, façon à résister à la crise sanitaire. Laurent Naouri accommode les mélodies de Fauré, Debussy, Poulenc et Hahn à la sauce chanson française et avec accompagnement de guitare.

laurent naouri

Bonne idée, de maintenir la saison sous forme de petits concerts achetables sur internet. Le rapport à la musique en est évidemment modifié : sonorisation à l’émission, puis à la réception chacun chez soi. Dans ce contexte, à quoi bon, pour un chanteur lyrique, mettre sous pression la colonne d’air, ouvrir tous les résonateurs et s’épuiser à remplir un espace vide de public ? La convention lyrique devient obsolète, et si on rêve d’effacer la frontière entre la mélodie française un peu « classique » et la chanson d’auteur, l’occasion était intéressante à saisir avec la sortie du disque « En sourdine » (Alpha) de Laurent Naouri et Frédéric Loiseau.

Laurent Naouri aime la chanson française, et il a bien raison. Il nous a gratifié d’une merveilleuse chanson de Guy Béart, Il fait beau, et d’une autre très belle de Hubert Degex, Le quartier des Halles. Chantées avec son timbre noir et velouté, sa diction merveilleuse et le délicieux accompagnement de guitare de Frédéric Loiseau, elles ont fait mouche dans l’émotion, dans la puissance d’évocation des climats urbains d’autrefois. Les grands chanteurs lyriques réussissent parfois la chanson française : Ludovic Tézier a chanté Aznavour en concert, et Anne-Sophie von Otter Barbara, avec une authenticité et un succès indéniables. Les exemples abondent où de grands chanteurs lyriques abordent avec bonheur les chansons, les negro-spirituals ou les « traditionnals « .

Mais transformer les petits bijoux de la mélodie française en chansons, ça, c’est une autre affaire. Dépouillées de leur accompagnement au piano, agrémentées d’une guitare un peu jazzy, il est difficile de reconnaître la signature des compositeurs comme Fauré et Poulenc. Surtout quand de surcroit, Naouri et Loiseau ajoutent des reprises comme pour donner des refrains, ou se laissent aller à des improvisations digressives. Ce n’est pas que l’émotion soit absente, c’est que le style est totalement modifié. La vocalité devient celle d’un chanteur de variété qui chante dans son micro, comme jadis l’excellent Yves Montand, et non pas d’un artiste lyrique. Si la diction de Naouri est magnifique, totalement transparente et propre à faire briller les textes d’Aragon, Apollinaire, Sully Prudhomme, Baudelaire…, le style chansonnier choisi l’amène à des liés excessifs à la limite du crooning. Les berceaux de Fauré deviennent un proche cousin des Feuilles mortes de Kosma et l’Heure exquise de Hahn perd une grande partie de son charme, fondue dans une esthétique étale, un climat feutré univoque qui devient vite ennuyeux.

Laurent Naouri cite pour justifier sa démarche Reynaldo Hahn, selon qui « la mélodie et la chanson sont à deux doigts l’un de l’autre ». Mais ces deux doigts-là, Hahn lui-même ne les a pas pliés. Il y avait peut-être des raisons à cela…

Crédit photographique : © Bernard Martinez

(Visited 206 times, 1 visits today)

Plus de détails

Bobigny. MC93, 19-XI-2020. Gabriel Fauré (1845-1924): Les Berceaux, op. 23 n° 1 ; Chanson d’amour, op. 27 n° 1 ; Le Secret, op. 23 n° 3; Ici-bas ! op.8 n°3 ; Mai op.1 n° 2; En prière . Francis Poulenc (1899-1963): Mazurka; Carte Postale; Dernier Poème; Fêtes galantes; La grenouillère. Reynaldo Hahn (1874-1974): Heure exquise. Claude Debussy (1862-1918): Le jet d’eau. Guy Béart (1930-2015): Il fait beau. Hubert Degex (né en 1929): Le quartier des Halles. Laurent Naouri, baryton et Frédéric Loiseau, guitare
Concert sans public diffusé en direct sur RecitHall

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.