Livestream, Musique symphonique

Marie-Ange Nguci d’une pureté angélique dans Mozart

Plus de détails

Lille, Auditorium du Nouveau Siècle. 15-IV-2021. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour piano et orchestre n° 20 en ré mineur K. 466. Marie-Ange Nguci, piano Yamaha ; Orchestre national de Lille, direction : David Reiland
Concert sans public, diffusé sur la chaîne YouTube de l’Orchestre national de Lille

Avec l’ dirigé par , propose une interprétation toute en finesse et élégance du Concerto pour piano et orchestre n° 20 de Mozart.

Il y a quelques semaines seulement, excellait à la Philharmonie de Paris dans le brillantissime Concerto pour piano n° 2 de Camille Saint-Saëns. Dans ce nouveau programme diffusé en ligne par l’, elle se tourne vers la page concertante la plus dramatique de Mozart, en ré mineur. Très concentrée du début à la fin de cette exécution, elle fait preuve d’une grande intelligence musicale et de poésie. Mais avant sa première intervention, dans l’exposition, souligne l’angoisse par la netteté des attaques, l’accentuation du rythme et de menues fluctuations du tempo.

Avec le jeu de la soliste, nous nous trouvons immédiatement frappés par la profondeur du ton et l’agilité des doigts. Une expression douloureuse et plaintive prime. Son sens du legato s’accompagne aussi bien d’un toucher léger et perlé que de la clarté des textures. La cadence, composée secondairement par le jeune Beethoven, s’avère d’une subtilité éthérée rare. Tout du long, Marie-Ange Nguci veille à la pureté de la cantilène, subjuguant tant par la douceur des sopranos que par la souplesse des trilles.

La lecture du deuxième mouvement, Romance, est donnée avec une articulation finement diversifiée (avec, par instants, un staccato assez prononcé), révélant suavité, noblesse et simplicité, des moments discrets et intimistes, notamment un charmant dialogue entre la main droite et la main gauche. La délicatesse et la sensualité n’en sont pas moins audibles dans les passages « virtuoses », portés avec fougue, intenses, voire chauffés à blanc. Si l’orchestre suit la soliste de près dans sa narration, distillant des ambiances sonores sereines, il lui manque un brin de flexibilité des phrases et de gravité dans le climax.

En ce qui concerne le finale, nous avons affaire à un jeu énergique, qui n’empêche pourtant nullement l’approche lyrique de cette prestation, favorisant çà et là la théâtralité et des contrastes agogiques bien prononcés, surtout dans les cadences (de Hummel), à la fois éloquentes et sublimes. Le piano n’arrête pas de chanter, comme si l’artiste souhaitait rapprocher ce concerto des opéras de Mozart. Les interventions des vents, dans une conversation galante avec l’instrument principal, élargissent la palette des couleurs de cette interprétation.

La beauté de cette exécution nous fait regretter que le programme de ce concert se cantonne à une œuvre seulement, en espérant toutefois réentendre Marie-Ange Nguci prochainement.

Crédit photographique : © Ugo Ponte / ONL

(Visited 680 times, 1 visits today)

Plus de détails

Lille, Auditorium du Nouveau Siècle. 15-IV-2021. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Concerto pour piano et orchestre n° 20 en ré mineur K. 466. Marie-Ange Nguci, piano Yamaha ; Orchestre national de Lille, direction : David Reiland
Concert sans public, diffusé sur la chaîne YouTube de l’Orchestre national de Lille

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.