Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Bach par Christoph Prégardien pour faire revivre l’Arsenal de Metz

Plus de détails

Metz. Arsenal. 1-VI-2021. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Cantates BWV 56 Ich will den Kreuzstab gern tragen et BWV 82 Ich habe genung ; concerto pour violon et orchestre BWV 1041. Christoph Prégardien, ténor ; Leila Shayegh, violon ; Le Concert Lorrain ; violoncelle et direction : Stephan Schultz

Report du mois de janvier, ce concert propose cantates et concerto pour violon de Bach interprétés par et .

Depuis plus de trois décennies, est le ténor suprême pour la musique de Bach. Ce n’est pas seulement affaire de timbre, ni de style, ni même l’exceptionnelle clarté de sa diction, qu’il sait tout autant mettre au service du lied. Ce qui a fait de lui un évangéliste exceptionnel dans les Passions, c’est sa capacité – par les mots, par les couleurs, par sa musicalité toute de souplesse – à rendre vivant et humain le message pastoral de la musique vocale de Bach.

Aujourd’hui, il faut bien reconnaître que la voix s’est durcie et que cette lumière inimitable n’est plus là que par moments. Ce n’est pas un hasard si les œuvres au programme ce soir sont des cantates pour basse : les difficultés que Bach place dans l’écriture vocale pour ténor ne sont sans doute plus à la portée du chanteur, et il faut désormais faire sans cette extraordinaire lumière dans l’aigu qui rendait si humaine la force prophétique que Bach associe généralement avec la voix de ténor. Heureusement, la voix s’ouvre au cours de cette courte soirée ; les récitatifs permettent toujours autant d’admirer les qualités fondamentales de son art.

Il est accompagné pour ce concert par un ensemble qu’il connaît bien pour l’avoir à plusieurs reprises dirigé : , avec à sa tête , est l’ensemble associé à l’Arsenal. Sans aller jusqu’à posséder une voix propre qui le hisserait à la hauteur des meilleurs ensembles internationaux, il connaît son Bach. Le grand intérêt de la soirée, du point de vue instrumental, c’est bien plus les solistes : la violoniste Leila Shayegh est toute d’efficace sobriété pour le concerto ; plus encore, on admire la musicalité et la palette sonore de la hautboïste Susanne Regel, fort heureusement très sollicitée par le programme.

Crédit photographique : © Marco Borggreve

(Visited 121 times, 1 visits today)

Plus de détails

Metz. Arsenal. 1-VI-2021. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Cantates BWV 56 Ich will den Kreuzstab gern tragen et BWV 82 Ich habe genung ; concerto pour violon et orchestre BWV 1041. Christoph Prégardien, ténor ; Leila Shayegh, violon ; Le Concert Lorrain ; violoncelle et direction : Stephan Schultz

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.